Le Pontife a célébré la messe dans la maison de Santa Marta pour réconforter les fidèles qui, de chez eux, en raison de la quarantaine ou du respect des normes sanitaires par le coronavirus, suivent l'Eucharistie sur Internet, la radio ou la télévision. 

Deuxième messe du pape François en direct de la chapelle de la Casa  Santa Marta , dans laquelle il a demandé à prier ensemble pour les «malades, les agents de santé, pour les personnes qui souffrent de l' épidémie » du coronavirus .

 

Ce mardi 10 mars 2020, il a également appelé à prier pour que les prêtres aient le "courage de sortir" pour rechercher les malades afin de porter la "force de la parole de Dieu et l '" Eucharistie ".

Il a invité les prêtres à accompagner courageusement " les opérateurs de santé , les volontaires, dans leur travail". Il l'a dit tôt ce matin (heure de Rome: 7 h), devant les caméras accompagné de quelques collaborateurs, en prenant soin de garder un mètre entre eux, comme le suggèrent les normes sanitaires de prévention de Covid-19 dans la ville du Vatican, où il n'y a eu qu'un seul cas positif de personne extérieure.

Dans sa prédication, il a encouragé «que notre parole soit une vraie prière , qui part de notre réalité, de nos péchés , de nos misères et de parler avec le Seigneur . Il sait ce que nous sommes, nous le savons, mais la vanité nous invite toujours à nous couvrir. Le Seigneur nous aide! », A-t-il dit. 

 

"Seigneur, éclaire nos yeux pour que je ne dorme pas dans la mort, pour que mon ennemi ne dise pas: j'ai prévalu sur lui", ainsi, la messe a commencé dans la petite chapelle de Santa Marta, suivie de l'acte pénitentiel devant l'Assemblée. 

L'homélie du Pape était basée sur les lectures de l'Évangile de jour: « Écoutez la parole du Seigneur, chefs de Sodome! Faites attention aux instructions de notre Dieu, peuple de Gomorrhe! » (Ésaïe 1, 10. 16-20).   «Que le plus grand d'entre vous devienne serviteur des autres, car celui qui s'exalte sera humilié, et celui qui s'humiliera sera exalté» était la lecture de l'Évangile selon saint Marc (23, 1-12).

La honte

Dans son homélie, tout d'abord, le Pape a souligné la valeur de la honte devant Dieu. «Hier, la Parole de Dieu nous a appris à reconnaître nos péchés et à les confesser, non seulement avec l'esprit, mais aussi avec le cœur, avec un esprit de honte ; honte, l'attitude la plus noble devant le Seigneur et pour nos péchés. »

«Aujourd'hui, le Seigneur nous appelle à être pécheurs pour dialoguer avec lui, parce que le péché nous enferme en nous-mêmes, nous fait cacher ou cacher la vérité que nous avons à l'intérieur, c'est ce qui est arrivé à Adam et Ève, après le péché Ils se sont cachés parce qu'ils avaient honte , ils étaient nus. » 

Le Pape a cité Ésaïe: "Le pécheur quand il a honte, puis il est tenté de se cacher, le Seigneur appelle:" Venez discuter - dit le Seigneur - parlons de votre péché , parlons de votre situation, n'ayez pas peur. " 

"Et," continue-t-il, "même si vos péchés sont comme l'écarlate, ils deviendront blancs comme neige;" même s'ils sont rouges comme le violet, ils seront comme de la laine. » Francisco a souligné que Dieu appelle parce qu'il est capable de «tout changer» et a évoqué le courage d'aller devant lui avec «nos misères». 

Le Saint en colère  

L'évêque de Rome a rappelé à un saint pénitent que - a-t-il dit - «il a tellement prié et a cherché à donner au Seigneur tout ce qu'il demandait. Mais, le Seigneur n'était pas content. Un jour, il s'est mis en colère contre le Seigneur - parce que ce saint avait un mauvais caractère - et il dit au Seigneur: `` Seigneur, je ne te comprends pas, je fais tout ce que tu me demandes et tu es aussi insatisfait, comme s'il manquait quelque chose. «Donnez-moi vos péchés. C'est ce qui manque », a-t-il répondu. 

François a insisté sur le fait que Dieu est satisfait de l'homme courageux qui porte ses propres péchés et misères, alors qu'il existe un risque de tromperie; "Au lieu d'aller parler au Seigneur, il prétend ne pas être un pécheur." 

Vanité 

Le Pape a rappelé que c'est ce que Dieu reproche aux "seigneurs de la loi". «Ils font tout pour eux: ils agrandissent les phylactères et allongent les franges de leurs manteaux; ils aiment occuper les premières places dans les banquets et les premiers sièges dans les synagogues, être accueillis sur les places et se faire entendre «mon professeur» par le peuple »(San Marcos 23, 1-12). 

«L' apparence, la vanité, couvrent la vérité de notre cœur . La vanité ne guérit pas, au contraire elle est vénéneuse, elle continue à rendre le cœur malade, à endurcir le cœur qui - vous dit-il - ne va pas chercher le Seigneur ». 

Francisco a déploré que «la vanité soit précisément l'endroit où être enfermé et ne pas écouter l'appel du Seigneur. Au lieu de cela, l'invitation du Seigneur, en tant que père, en tant que frère: "Venez discuter", dit le Seigneur, "parce qu'en fin de compte, je suis capable de changer votre vie du rouge au blanc"