Il a été un moment le Martyr en relation avec le Miracle prophétisé à Garabandal, à cause d'une déclaration de Conchita :
Septembre 1963, Conchita goûte à notre table, dans la maison voisine de la sienne. 

Elle fait honneur aux sucreries, et nous la taquinons gentiment sur l'esprit de pénitence recommandé par le premier Message. Elle rit de bon cœur. Subitement, elle se tait et se recueille. Son visage s'illumine et les mains presque jointes elle commence: 

« Le Miracle aura lieu en la fête d'un jeune martyr de l'Eucharistie. C'était un garçon qui portait la sainte communion aux chrétiens persécutés. Ses camarades le voyant passer voulurent l'obliger à se mêler à leurs jeux. Comme il s'y refusait, ils le lapidèrent et s'enfuirent. Vint à passer un soldat chrétien qui emporta le cadavre». 

Mais c'est saint Tharcisius, ne peut s'empêcher de dire à haute voix l'un des assistants! Conchita ne bronche pas et reprend des gâteaux, comme si elle n'avait rien entendu. 

Après son départ, nous discutâmes entre nous. L'aîné du groupe conclut: « j'ai l'impression que Conchita a vu le spectacle pendant une de ses extases, et il me semble que la Sainte Vierge ne lui a pas dit le nom du martyr dont elle vient de parler. A mon avis, elle ne connaît pas le nom ». 

Sur ce sujet très précis, le « jeune » martyr de l'Eucharistie, bien des fois aussi, on nous a conseillé la plus grande réserve. « Parlez d'un martyr de l'Eucharistie, en général, mais n'insistez pas sur sa jeunesse ». 

Que conclure nous-mêmes au sujet de la nature et de la date du grand Miracle? 

D'abord, ce que nous faisait écrire Conchita, avec insistance, au début de mars 1966: « soyez sûrs de la venue de l'Avertissement et du Miracle qui le suivra ». 

Ensuite, la réflexion de notre collaborateur et ami, le Docteur Apostolidès: « une prophétie n'en serait plus une si nous connaissions d'avance ce qu'elle signifie exactement, si nous pouvions deviner la date exacte de sa réalisation ». 

La nature et la date du Miracle sont « prophétiques ». Attendons dans la paix totale sans essayer de déchirer le voile qui les dérobe momentanément à notre regard. 

Sans oublier, jamais, que le Miracle lui-même est ordonné directement au Message, qu'il sera le signe des signes consacrant l'authencicité du Message que nous devons accomplir tous, immédiatement, et diffuser immédiatement aussi dans l'univers entier.

Saint Tarcisius, martyr de l’Eucharistie

tarcisiusAutel de l’église St Laurent Hors les Murs, Rome

Tarcisius, nous le connaissons grâce à saint Damase, élu pape en 366, qui organisa le culte des martyrs, composa et fit graver dans la catacombe de Saint-Calixte des épigrammes en leur honneur. Sur sa tombe est écrit : « Tarcisius portait les sacrements du Christ. C’est alors qu’une troupe d’excités le pressa de les montrer aux impies. Il préféra donner sa vie plutôt que de montrer à ces chiens enragés les célestes membres. »

C’était vers l’an 254, le cruel Valérien régnait sur l’empire de Rome. Dans la ville où les saints apôtres Pierre et Paul avaient donné leur vie pour Jésus-Christ, les chrétiens se multipliaient. Les païens qui les rencontraient dans les rues disaient d’eux : « Ceux-là, voyez comme ils s’aiment ». Mais ils n’avaient pas le droit de se réunir pour prier ensemble. Pour célébrer la messe, ils se cachaient dans les catacombes.

Or, à cette époque, Etienne était pape et parmi les enfants qu’il instruisait pour devenir prêtres, se trouvait un garçon d’une quinzaine d’années : Tarcisius.

Le saint pontife leur dit un jour : « Vous ne devez pas seulement sauver votre âme, mais aussi celle des autres ; si vous avez un ami ou un parent païen, vous devez le convertir. Soyez des apôtres ! ». Et Tarcisius lorsqu’il servait la messe priait et communiait pour ceux qui ne connaissaient pas Jésus-Christ.

Quelques mois après, le 15 août, le prêtre Dyonisus disait la messe dans les catacombes. Au moment de la communion, il se tourna vers l’assistance : « Mes frères, lequel d’entre vous se sent assez courageux pour porter l’hostie sainte aux prisonniers qui seront livrés aux bêtes demain ? “Moi, père, fais-moi cet honneur”, répondit le premier, Tarcisius, devenu acolyte, et qui servait la messe. Enfant, tu passeras peut-être inaperçu, que Dieu te protège ! » et Dyonisus déposa l’hostie dans les mains de l’acolyte. Tarcisius enveloppa ce précieux dépôt dans sa tunique, serra ses bras sur sa poitrine et sortit des catacombes.

Sur la via Appia, tout en priant Dieu qu’il portait sur son cœur, il marcha ainsi jusqu’à la place publique. Il y avait là une bande de garçons païens qui jouaient sous la direction de Quintilus le plus âgé d’entre eux. « Tarcisius, qu’est-ce que tu portes comme ça ?, dit Quintilus en le saisissant par le bras. “Ça ne te regarde pas”. On sait que tu es chrétien, si tu ne dis pas ce que tu portes, on te dénoncera à la police ».

A ce moment-là, les soldats qui passaient entendirent les paroles des enfants et s’approchèrent : « Est-ce vrai que tu es chrétien ? “Oui, je le suis” ».

Ils voulurent l’obliger à desserrer les mains, mais une force extraordinaire les avaient comme soudées l’une à l’autre. Pour lui faire lâcher prise, ils frappèrent l’héroïque enfant à coup de pierre et de bâton. Il fut atteint gravement à la tête et il tomba sur les dalles de la route, les mains toujours pressées sur sa poitrine. Alors ils s’acharnèrent sur lui avec une
telle violence qu’il s’évanouit en murmurant : « Seigneur Jésus, ne permettez pas que votre corps soit profané ».

Ils essayèrent encore de le fouiller, mais ils ne réussirent pas à dégager ses bras. A ce moment-là, passa un envoyé de Dyonisus, inquiet de ne pas le voir revenir. En voyant cet homme, les soldats et les enfants eurent peur et se dispersèrent, mais il était trop tard !
L’envoyé du prêtre s’agenouilla près de l’enfant et le souleva dans ses bras. Le petit martyr ouvrit les yeux une dernière fois et murmura : « Ne vous occupez pas de moi, mais prenez soin des hosties que je porte ». (Fêté le 15 août).

Le pape Benoît XVI, aux servants d’autel, le 4 août 2010 :

Qui était saint Tarcisius? Nous ne disposons pas de beaucoup d’informations. Nous sommes dans les premiers siècles de l’histoire de l’Eglise, plus précisément au troisième siècle; on raconte qu’il était un jeune homme qui fréquentait les catacombes de Saint-Calixte ici à Rome et qu’il était très fidèle à ses engagements chrétiens. Il aimait beaucoup l’Eucharistie et, de divers éléments, nous concluons que, probablement, il était un acolyte, c’est-à-dire un servant d’autel. Dans ces années-là, l’empereur Valérien persécutait durement les chrétiens, qui étaient contraints de se réunir clandestinement dans les maisons privées ou, parfois, également dans les catacombes, pour écouter la Parole de Dieu, prier et célébrer la Messe. Même la tradition d’apporter l’Eucharistie aux prisonniers et aux malades devenait de plus en plus dangereuse. Un jour, alors que le prêtre demanda comme d’habitude, qui était disposé à apporter l’Eucharistie aux autres frères et sœurs qui l’attendaient, le jeune Tarcisius se leva et dit: «Veux-tu que je m’en charge?». Ce garçon semblait trop jeune pour un service aussi exigeant! «Ma jeunesse — dit Tarcisius — sera le meilleur abri pour l’Eucharistie». Le prêtre, convaincu, lui confia le précieux Pain en lui disant: «Tarcisius, rappelle-toi qu’un trésor céleste est remis entre tes faibles mains. Evite les chemins fréquentés et n’oublie pas que les choses saintes ne doivent pas être jetées aux chiens ni les perles aux cochons. Protégeras-tu avec fidélité et assurance les Saints Mystères?». «Je mourrai — répondit Tarcisius avec fermeté — plutôt que de les céder». En route, il rencontra des amis qui, s’approchant de lui, lui demandèrent de se joindre à eux. A sa réponse négative — ils étaient païens — ils devinrent soupçonneux et insistants et ils se rendirent compte qu’il serrait quelque chose sur sa poitrine qu’il semblait défendre. Ils tentèrent de la lui arracher mais en vain; la lutte se fit de plus en plus acharnée, surtout lorsqu’ils apprirent que Tarcisius était chrétien: ils lui donnèrent des coups de pied, lui lancèrent des pierres, mais il ne céda pas. Mourant, il fut apporté au prêtre par un officier prétorien du nom de Quadratus, devenu lui aussi, clandestinement, chrétien. Il y arriva sans vie, mais il serrait encore contre sa poitrine un petit morceau de lin contenant l’Eucharistie. Il fut enterré immédiatement dans les catacombes de Saint-Calixte. Le Pape Damase fit apposer une inscription sur la tombe de saint Tarcisius, selon laquelle le jeune homme mourut en 257. Le Martyrologe romain fixe la date au 15 août et dans le même Martyrologe est rapportée une belle tradition orale selon laquelle, sur le corps de saint Tarcisius, on ne retrouva pas le Très Saint Sacrement, ni dans ses mains, ni dans ses vêtements. On raconta que le pain consacré, défendu par sa vie par le petit martyr, était devenu chair de sa chair, formant ainsi avec son propre corps, une unique hostie immaculée offerte à Dieu.

Chères servantes et chers servants d’autel, le témoignage de saint Tarcisius et cette belle tradition nous enseignent l’amour profond et la grande vénération que nous devons avoir pour l’Eucharistie: c’est un bien précieux, un trésor dont la valeur ne peux pas être mesurée, c’est le Pain de la vie, c’est Jésus lui-même qui se fait nourriture, soutien et force pour notre chemin de chaque jour et route ouverte vers la vie éternelle, c’est le don le plus grand que Jésus nous a laissé.

Je m’adresse à vous ici présents et, à travers vous, à tous les servants d’autel du monde! Servez avec générosité Jésus présent dans l’Eucharistie. C’est une tâche importante, qui vous permet d’être particulièrement proches du Seigneur et de croître dans une amitié vraie et profonde avec Lui. Conservez jalousement cette amitié dans votre cœur comme saint Tarcisius, prêts à vous engager, à lutter et à donner la vie pour que Jésus parvienne à tous les hommes. Vous aussi, transmettez aux jeunes de votre âge le don de cette amitié, avec joie, avec enthousiasme, sans peur, afin qu’ils puissent sentir que vous connaissez ce Mystère, qu’il est vrai et que vous l’aimez! Chaque fois que vous vous approchez de l’autel, vous avez la chance d’assister au grand geste d’amour de Dieu, qui continue à vouloir se donner à chacun de nous, à être proche de nous, à nous aider, à nous donner la force pour vivre bien. Avec la consécration — vous le savez — ce petit morceau de pain devient Corps du Christ, ce vin devient Sang du Christ. Vous avez la chance de pouvoir vivre de près cet indicible mystère! Vous accomplissez avec amour, avec dévotion et avec fidélité votre tâche de servants d’autel; n’entrez pas dans l’église pour la célébration avec superficialité, mais préparez-vous intérieurement à la Messe! En aidant vos prêtres dans le service de l’autel, vous contribuez à rendre Jésus plus proche, de manière telle que les fidèles puissent le sentir et s’en rendre compte avec plus de force: Il est ici; vous collaborez afin qu’il puisse être plus présent dans le monde, dans la vie de chaque jour, dans l’Eglise et en tout lieu. Chers amis! Vous prêtez à Jésus vos mains, vos pensées, votre temps. Il ne manquera pas de vous récompenser, en vous donnant la vraie joie et en vous faisant sentir où est le bonheur le plus complet. Saint Tarcisius nous a montré que l’amour peut nous conduire jusqu’au don de la vie pour un bien authentique, pour le bien véritable, pour le Seigneur.

A nous probablement, le martyre n’est pas demandé, mais Jésus nous demande la fidélité dans les petites choses, le recueillement intérieur, la participation intérieure, notre foi et l’effort de conserver présent ce trésor dans notre vie de chaque jour. Il nous demande la fidélité dans les tâches quotidiennes, le témoignage de Son amour, en fréquentant l’Eglise par conviction intérieure et pour la joie de sa présence. Ainsi pouvons-nous aussi faire savoir à nos amis que Jésus est vivant. Dans cet engagement, puisse nous aider l’intercession de saint Jean-Marie Vianney, dont c’est aujourd’hui la fête liturgique, de cet humble curé de France, qui a changé une petite communauté et a ainsi donné au monde une lumière nouvelle. Que l’exemple des saints Tarcisius et Jean-Marie Vianney nous pousse chaque jour à aimer Jésus et à accomplir sa volonté, comme l’a fait la Vierge Marie, fidèle à son Fils jusqu’au bout. Merci encore à tous! Que Dieu vous bénisse en ces jours et bon retour dans vos pays!

Père D. Auzenet