Ou comment les loges récupèrent les déclarations de Rome, privilégiant le montant horizontal de la Croix

La question est que cet humanisme, quand il est remplace le véritable enseignement doctrinal , devient la nouvelle religion mondiale.

  

Traduction d’un article de El Oriente, site de la Grande Loge d’Espagne :

∴ Vive le pape ! ∴

Dans son message de Noël depuis la Loge centrale du Vatican, le pape François a appelé au triomphe de la fraternité universelle parmi tous les êtres humains: « Mon souhait de joyeux Noël est un désir de fraternité. Fraternité entre les personnes de toute nation et culture. Fraternité entre les personnes aux idées différentes mais capables de se respecter et d’écouter l’autre, fraternité entre personnes de religions différentes », a déclaré le pape dans son message urbi et orbi. « Nos différences ne sont ni un dommage ni un danger, mais une richesse, comme pour un artiste qui veut faire une mosaïque : mieux vaut disposer de tesselles de nombreuses couleurs plutôt que de quelques-unes. »

Les paroles du pape montrent la distance actuelle de l'Église avec le contenu de Humanum genus (1884), la dernière grande condamnation catholique de la franc-maçonnerie, selon laquelle « en ouvrant les bras à n'importe quelle religion on arrive en fait à accréditer la grande erreur de ces temps, à savoir l’indifférentisme religieux et l’égalité de tous les cultes, à conduire très délibérément à ruiner toute religion, en particulier la religion catholique, laquelle, étant la seule véritable, ne peut sans une suprême insulte être égalée aux autres ».

La voie alors condamnée par le fondamentalisme religieux est aujourd'hui celle que le souverain pontife de l'Église catholique et la Maçonnerie Universelle s’accordent à proposer à l'humanité. Il n’y a pas un seul maçon sur Terre qui ne rejoigne le pape dans son désir de fraternité universelle, hétérogène dans les domaines politique, culturel, national ou religieux.

 

N.B. Le texte français officiel de Humanum genus :

Que si tous les membres de la secte [maçonnique] ne sont pas obligés d'adjurer explicitement le catholicisme, cette exception, loin de nuire au plan général de la franc-maçonnerie, sert plutôt ses intérêts.

Elle lui permet d'abord de tromper plus facilement les personnes simples et sans défiance, et elle rend accessible à un plus grand nombre l'admission dans la secte.

De plus, en ouvrant leurs rangs à des adeptes qui viennent à eux des religions les plus diverses, ils deviennent plus capables d'accréditer la grande erreur du temps présent, laquelle consiste à reléguer au rang des choses indifférentes le souci de la religion, et à mettre sur le pied de l'égalité toutes les formes religieuses.

Or, à lui seul, ce principe suffit à ruiner toutes les religions, et particulièrement la religion catholique, car, étant la seule véritable, elle ne peut, sans subir la dernière des injures et des injustices, tolérer que les autres religions lui soit égalées.