Actuellement, avec un diffuseur des messages de Garabandal argentin , nous partageons et échangeons des informations afin que les personnes en apprennent plus sur ces apparitions, leur profondeur, et comment elles sont actuelles .

Voici Donc une entrevue du P Benac interrogeant Mari Loli.

Il vous faut savoir, pour rappel, que la Sainte Vierge avait dit lors d'une apparition, que le communisme serait le mal absolu, et si l'on n'appliquait pas ses messages, il dominerait le monde... 

Infiltration communiste dans les  séminaires ?

 Le Prochain article à venir va dans ce sens !

MARI LOLI, VIDENTE DE GARABANDAL, ET UNE INTERVIEW PROPHETIQUE DE P. BENAC 

P. BENAC: Votre mère m'a dit qu'une nuit vous étiez avec votre père et que vous avez pleuré et pleuré pendant une heure. Alors son père a dit: "Je viens juste de voir la chose la plus émouvante, Loli pleurait tout le temps et a dit:" Oh, ça va être comme ça, les gens vont souffrir comme ça! Oh, fais-moi souffrir! " Qu'avez-vous dit à ce moment-là?

MARI LOLI: * Tout était lié au communisme et à ce qui va se passer dans l'Église  et dans le peuple, car toutes ces choses ont des répercussions sur les gens.  Quand l'Eglise souffre de confusion, les gens souffriront aussi.  Certains prêtres communistes créeront une telle confusion que les gens ne connaîtront pas le bien du mal. 
Cette dernière déclaration de Mari Loli devrait nous amener à nous demander si la faute de tout ce qui ne va pas dans l’Église d’aujourd’hui et toujours na pas été intentionnellement mise en place dans l'Église avec l'intention d'essayer de la détruire. * 

Notre Mère a dit dans Garabandal (1965):

"Les prêtres, les évêques et les cardinaux sont nombreux sur le chemin de la perdition et mènent avec eux beaucoup plus d'âmes, l'Eucharistie a de moins en moins d'importance".

Le père Pío a dit aux voyants de Garabandal (1962):

 "Je vous donne un conseil: priez et faites prier les autres car le monde est au début de la perdition. Ils ne croient pas en vous ou dans vos conversations avec la Dame en blanc, ils le feront quand il sera trop tard".
 

Bastiano