Inévitablement , après une attaque , sort une deuxième pour noyer la première, puis sortira peut être une troisième , les suivantes pour nourrie l'ambiguité régnante ...

Je voudrais aussi dire , qu'il ne faut pas inverser les rôles, le problème ne vient pas de ceux qui cherchent à purifier l'Église des brebis galeuses, mais de ceux qui les protègent ! Ce qui est pourri tombe, le message de la Salette, et celui de Garabandal , sans compter pour rappel ceux du livre L'antéchrist est dans mon Église , ou d'autres écrits ne devraient pas nous étonner de la situation actuelle.

L'Église ne doit elle pas passer par les épreuves ? Comme le monde et les religieux de l'époque ont persécutés notre Seigneur Jésus Christ , l'idéologie antéchristique combat de l'intérieur et hors l'institution le Corps du Christ.

Ne laissons pas les loups dévorer les brebis et demandons de les chasser de la bergerie qui appartient au Seigneur

Seigneur, donnez nous de Saints Prêtres ! 

Car fautes de vrais pasteurs ls brebis se meurent !

Combattons le vrai combat 

Suite à un commentaire , que je tiens a éclaircir . Voici le texte ( petite taille certes ) de Mge Vigano qui contredit la dite contre attaque .

 

Déclaration de Mgr Carlo Maria Viganò à propos de l'archidiocèse de Saint-Paul-Minneapolis


Des accusations contre ma personne sont apparues dans les médias - en juillet 2016, alors que j'avais déjà quitté ma mission
Washington, DC - à la suite de la publication d’une note écrite par le père Dan Griffith, le
délégué à la protection des mineurs dans l'archidiocèse.
Ces accusations - alléguant que j'ai ordonné aux deux évêques auxiliaires de Minneapolis de fermer l'enquête
dans la vie de l'archevêque John C. Nienstedt - sont fausses.
Le père Griffith n'était pas présent lors de ma rencontre à la nonciature avec l'archevêque et les deux
Auxiliaires le 12 avril 2014, lors de plusieurs déclarations sous serment contenant des accusations contre l'archevêque
Nienstedt m'a été remis.
Ces déclarations sous serment ont été recueillies par la firme, Greene Espel, qui a été retenue par le père Griffith au nom du
Archidiocèse pour enquêter sur Mgr Nienstedt. Ce cabinet appartient au groupe "Lawyers for All Families"
qui ont combattu l'archevêque Nienstedt à propos de l'approbation du mariage homosexuel dans l'État du Minnesota.
Dans l’une de ces déclarations, l’archevêque Nienstedt aurait eu une liaison avec une garde suisse
son service au Vatican vingt ans auparavant.
Des enquêteurs privés du cabinet Greene Espel ont mené une enquête dans un dossier déséquilibré
style, et voulait maintenant immédiatement étendre leur enquête à la Garde pontificale suisse, sans d'abord
entendre l'archevêque Nienstedt.
J'ai suggéré aux évêques qui sont venus à la nonciature le 12 avril 2014 de dire aux avocats de Greene Espel
qu'il m'a paru approprié que Mgr Nienstedt soit entendu avant de prendre cette mesure - audiatur et altera
Pars - ce qu'ils n'avaient pas encore fait. Les évêques ont accepté ma suggestion.
Mais le lendemain, j'ai reçu une lettre signée par les deux auxiliaires, affirmant à tort que j'avais suggéré la
enquête soit arrêtée
Je n'ai jamais dit à personne que Greene Espel devait arrêter l'enquête et je n'ai jamais commandé de document
détruit. Toute déclaration contraire est fausse.
Cependant, j'ai ordonné à l'un des évêques auxiliaires, Lee A. Piché, de retirer de l'ordinateur et du
L'archidiocèse archive la lettre en affirmant à tort que j'avais suggéré que l'enquête soit suspendue. J'ai insisté pour
ceci non seulement pour protéger mon nom, mais aussi celui de la nonciature et du saint-père qui serait
injustement nui en ayant une fausse déclaration utilisée contre l'Église.
Le jour même de la parution du New York Times, le 21 juillet 2016, le Saint-Père a demandé à Cardinal
Parolin téléphonera au nonce à Washington, DC (Christophe Pierre), ordonnant qu'une enquête sur mon
la conduite doit être ouverte immédiatement, afin que je puisse être signalé au tribunal chargé de juger la dissimulation d'abus
par les évêques.
J'ai informé le service de presse du Vatican en la personne du père Lombardi et de M. Greg Burke. Avec le
autorisation du suppléant du secrétaire d'État, alors archevêque Becciu, M. Jeffrey Lena - un
Un avocat américain travaillant pour le Saint-Siège s'est rendu à la Congrégation pour les évêques où il a trouvé des documents
prouvant que ma conduite avait été absolument correcte.
M. Lena a remis un rapport écrit qui m'a exonéré au Saint-Père. Malgré cela, le service de presse du Vatican a fait
ne juge pas nécessaire de publier une déclaration réfutant l’article du New York Times.
La nonciature a également répondu au cardinal Parolin par un rapport détaillé, qui a rétabli la vérité et
démontré que ma conduite avait été absolument correcte.
Ce rapport se trouve au Secrétariat d'Etat du Vatican et à la Nonciature à Washington, DC.
Le 28 janvier 2017, j'ai écrit à l'archevêque Pierre et à l'archevêque Hebda (qui avait succédé à Nienstedt),
leur demandant de corriger publiquement le mémorandum de Griffith. Malgré les courriels et les appels téléphoniques répétés, je n'ai jamais
entendu leur retour
26 août 2018