Le gouvernement Bavarois supporte 
et l'Église Allemande rejette la
reconnaissance par l'État du Christ-Roi



par Christopher A. Ferrara 
SOURCE : Le Centre de Fatima
Le 30 avril 2018


Gloria TV rapporte le développement insensé — mais pas surprenant — qu’alors que le gouvernement de la région encore Catholique de Bavière a ordonné que les bâtiments publics doivent ériger une Croix à partir de juin de cette année, la hiérarchie ecclésiastique Allemande corrompue s'oppose à cette exigence et « elle appelle l’État à être « neutre » et « laïc » ». Ils sont joints, note Gloria TV, par l'aumônier pro-gay de l'Université de Würzburg, le Père Burkhard Hose et le Professeur de dogmatique Catholique de Bochum, le laïc Georg Essen ».

Dans le même temps, cependant, l'Église décadente en Allemagne est entièrement soutenue par des contributions fiscales obligatoires prélevées par le gouvernement Allemand auprès des contribuables qui s'identifient comme Catholiques dans leurs déclarations fiscales. Toute tentative pour éviter de payer cette « taxe ecclésiastique » en ne se désignant pas Catholique sur les déclarations fiscales se heurte à un refus de recevoir les Sacrements et donc à une excommunication effective. L'Église en Allemagne est engagée dans une simonie à grande échelle.

L'auteur de cet éditorial est Monsieur Christopher A. Ferrara. Monsieur Ferrara est avocat de profession. Il agissait aussi comme collaborateur principal de Feu Père Nicholas Gruner, fondateur du Centre de Fatima, Fort Érié, Canada et ayant aussi des installations à Rome. Il est chroniqueur dans plusieurs autres sites catholiques dont Le Remnant Newspaper.

Il serait difficile d'envisager un enchevêtrement plus profond de l'Église et de l'État que cela. Il n'est donc pas étonnant que la même hiérarchie corrompue, entretenue par une relation incestueuse avec l'État laïque, s'oppose à l'étalage des Croix dans les bâtiments publics de Bavière.

Bref, l'Église d'Allemagne a cessé d'être Catholique dans son ensemble. Pire, elle est devenue une organisation anti-Catholique fonctionnant sous le nom de Catholique, soutenu par des fonds publics siphonnés par le gouvernement dans son sac parasitaire, attaché de façon permanente par la force de la loi au corps politique. Ainsi, non encombrés par les exigences de l'orthodoxie, ses opérateurs font tout ce qu'ils peuvent pour subvertir ce qui reste de la Foi en Allemagne et ils peuvent étendre partout ailleurs leur influence néfaste. Ainsi les Évêques Allemands corrompus dirigent des mouvements pour institutionnaliser la Sainte Communion pour les adultères publics, l'intercommunion avec les Protestants, les femmes « diacres » et finalement les femmes « prêtres », la légitimation de la contraception et pratiquement tous les autres assauts sur l'orthodoxie et l'orthopraxie qui avancent rapidement pendant ce pontificat désastreux.

Un signe classique de l'influence diabolique est une distorsion du bon ordre des choses : la Croix à l'envers est un signe visible de cette distorsion. On voit maintenant en Allemagne une distorsion diabolique de la relation propre entre l'Église et l'État : l'Église Allemande exige la séparation de l'Église et de l'État tandis que le gouvernement Bavarois, contré par l'Église Allemande, cherche à démontrer de façon visible l'unité organique nécessaire les deux.

Un autre signe classique d'influence diabolique est la duplicité de la parole et de l'action, très manifeste aux plus hauts niveaux de l'Église au cours des cinq dernières années. Ainsi, l'Église en Allemagne exige que le gouvernement Bavarois maintienne une stricte séparation de la religion tout en bénéficiant de subventions gouvernementales directes de la religion.

Le Père des mensonges s’en est donné à cœur joie avec l'élément humain de l'Église depuis l'ouverture ruineuse au monde à Vatican II. En ce moment de l'histoire, il semble que l'Adversaire ait remporté une victoire décisive sur l'Église, mais l'apparence est trompeuse. Pour rappeler la Prophétie de Notre-Dame du Bon Succès concernant exactement l'état des choses que nous voyons maintenant : 

« Pendant cette époque malheureuse, l’injustice entrera même dans ce couvent, déguisée sous le nom de fausse charité, elle fera des ravages dans les âmes. Le démon malveillant tentera de semer la discorde en se servant de membres putrides qui, masqués sous l'apparence de la vertu, seront comme des sépulcres en décomposition émanant de la peste en putréfaction, causant la mort morale chez certains et la tiédeur chez les autres ... »

« Afin de libérer les hommes de la servitude de ces hérésies, ceux dont l'amour miséricordieux de Mon Très Saint Fils destinera à la restauration auront besoin d’une grande force de volonté, de constance, de courage et beaucoup de confiance en Dieu. Pour tester cette foi et la confiance du juste, il y aura des occasions où tout semblera être perdu et paralysé. Ce sera alors l'heureux début de la restauration complète »