Rediffusion 

En ce jour, 18 octobre (1961), fête de Saint Luc , fut donné le premier message à Garabandal par Notre Dame venue sous le vocable du Mont carmel, voici donc un rappel .

 

Résultat de recherche d'images pour "garabandal"

 

Résultat de recherche d'images pour "garabandal"  Les petites en extase        

 Conchita et moi à FatimaRésultat de recherche d'images pour "garabandal" 

 

Résultat de recherche d'images pour "garabandal"Don Rolando menant le chapeletRésultat de recherche d'images pour "garabandal"

 

Résultat de recherche d'images pour "garabandal"Centre d'information des pélerins de Garabandal

Résultat de recherche d'images pour "garabandal"

 

Aujourd'hui 18 octobre 2019, nous sommes dans la 58 ème année des apparitions de Garabandal , Saint Michel est apparu comme vous le savez maintenant le 18 juin 1961 à Conchita en premier, puis aux trois autres sur le lieu dit " la Calleja " .

Cela me permet de vous rappeler donc le message donné par Saint Michel, héraut de la Sainte Vierge :

Comme on n'a pas accompli et comme on n'a pas fait connaître au monde mon message du 18 octobre, je veux vous dire que celui-ci est le dernier.

Auparavant, la coupe se remplissait; à présent elle déborde.

Les cardinaux, évêques et prêtres marchent nombreux sur le chemin de la perdition, entraînant avec eux beaucoup d'âmes. À l'eucharistie, on donne sans cesse moins d'importance.

Vous devez faire des efforts pour éviter la colère de Dieu qui pèse sur vous .

si vous lui demandez pardon avec des âmes sincères, il vous pardonnera. Moi, votre Mère, je veux vous dire que vous vous amendiez : déjà vous êtes dans les derniers avertissements.

Je vous aime beaucoup et ne veux pas votre condamnation. Priez-nous sincèrement, et nous vous donnerons. Vous devez vous sacrifier davantage. Méditez la Passion de Jésus.

Il apparaît donc que notre Seigneur est offensé par nos actes , que nous soyons laïcs ou Prêtres ( y compris Évêques et Cardinaux )

Saint Michel nous dit de la part de Notre Dame du Mont Carmel qu'il nous faut demander pardon avec des âmes sincères, de nous amender de prier, se sacrifier davantage, de méditer la Passion de Jésus ...Tout un programme pré établi pour rentrer dans les Grâces du Ciel.

il n'est pas dit d'aimer simplement, comme souvent je l'entends, mais commencer par aimer Dieu, et passer par les Coeurs de Jésus et Marie pour accéder au Père .

 Hormis la loi naturelle inscrite dans les coeurs il n'y a pas d'autres moyens que ceux proposés par le ciel, et dans l'Eglise nous avons les médicaments : les Sacrements .

Dans le premier message du 18 octobre 1961,il était dit par Notre Dame du Mont Carmel qu'il fallait être "bons" .

Je voudrais rappeler que la traduction relativise un peu ce terme de " buenos" ? Ici il faut comprendre non pas simplement être bon dans le sens " gentil" avec son prochain par exemple,  bien que cela s'entend d'aimer son prochain mais en Dieu, pas de façon humaine ( car les voleurs entre eux s'aiment et s'entraident aussi !)

Mais comprendre qu'il nous faut devenir "Saints " , se sanctifier, voila la véritable interprétation ;

Dieu désire en premier que nous l'aimions de toutes nos forces :

« Quel est le premier de tous les commandements ? » Jésus lui fit cette réponse :

« Voici le premier : Écoute, Israël : le Seigneur notre Dieu est l’unique Seigneur. Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme, de tout ton esprit et de toute ta force. Voici le second : Tu aimeras ton prochain comme toi-même. Il n’y a pas de commandement plus grand que ceux-là. » Le scribe reprit : « Fort bien, Maître, tu as raison de dire que Dieu est l’Unique et qu’il n’y en a pas d’autre que lui. L’aimer de tout son cœur, de toute son intelligence, de toute sa force, et aimer son prochain comme soi-même, vaut mieux que toutes les offrandes et tous les sacrifices. » Jésus, voyant qu’il avait fait une remarque judicieuse, lui dit : « Tu n’es pas loin du royaume de Dieu. » Et personne n’osait plus l’interroger.

Quel est donc le chemin ? Celui donné à Garabandal , et qu'il ne faut pas négliger, car la Sainte Vierge Elle même et venue de la part de Dieu à Garabandal, oui, Elle a demandé au Père la permission de venir dans ce village pour faire ces annonces qui sont les derniers avertissements maternels.

Aimer donc consiste donc à devenir " ami" du Seigneur , un voile est soulevé dans cette phrase donnée à Bartholomaeo, (dont vous avez les messages dans la colonne de droite ) 

Le Seigneur lui dit en substance ceci :

13 février 1992 : " Mon enfant, si tu savais combien les âmes me font souffrir ! Leur manque d'amour pour moi va grandissant, elles me foulent aux pieds, moi leur Créateur, Moi le Seigneur, quand reviendront-elles à moi ? Je les attends tous les jours dans la Sainte Eucharistie."...

 

Mon enfant si tu savais combien les âmes me font souffrir ...

 

-Pourquoi Seigneur?

 

- Mon fils bien aimé, leur manque d'amour pour Moi va grandissant, elles me foulent au pied, Moi leur créateur, Moi le Seigneur ...Quand reviendront-elles à Moi? Je les attends tous les jours dans la Sainte eucharistie, si elles savaient le mystère de l'incarnation à travers la communion ...communie souvent comme tu fais, afin que tu connaisses ton Créateur, et que Lui te reconnaisse.

 

Ne sois jamais comme ceux qui ne me louent pas et ne reconnaissent pas que tout vient de Moi

 

Jésus : Mon doux et tendre...

 

-Parlez Seigneur.

 

Jésus: Mon doux et tendre ami, je t'appelle ami, ce terme choquera les incrédules. Ami, parce que tu partages Mes Souffrances, Ma Croix, Ma solitude. Ami, parce que tu épouses, Mon Coeur, Mon Amour et Mes Joies; Oh doux ! Combien Je voudrais que tous M'aiment, hélàs ! Amoureux d'eux mêmes et de leurs convoitises.

Ainsi il ne s'agit pas d'aimer de façon béate ou sentimentale, cela ne suffit pas pour se sauver, pour aimer en Dieu il est nécessaire d'aimer Dieu, car de Lui vient le véritable amour du prochain , comme il le dit à Bartholomaeo, d'écouter et mettre en pratique les messages donnés à Garabandal permet de se sanctifier et ainsi nous serons en état de Grâce pour la rencontre.

Nous devons sauver notre âme, c'est le plus important, se convertir c'est nous mettre véritablement au rythme du cœur de Dieu, En effet, cet amour, ce n'est pas à nous de le fabriquer, ce n'est pas à nous de l'inventer, ce n'est pas à nous de construire, à l'intérieur de notre cœur, un amour à notre mesure. Cet amour, il faut que nous le recevions car il existe déjà. C'est l'amour qui remplit le cœur de Dieu, qui déborde du cœur de Dieu et qui est prêt à envahir notre cœur pour peu que nous le laissions faire. Ezéchiel nous le disait tout à l'heure :"Dieu veut être Lui-même le berger de chacune de ses brebis". Il veut se pencher avec une infinie tendresse sur chacun de nous. Si nous sommes blessés, pour panser nos blessures, si nous sommes bien portants, pour faire fructifier notre santé, si nous sommes dans la lumière pour éblouir notre cœur, si nous sommes dans les ténèbres pour nous serrer dans ses bras et nous conduire jusqu'au jour, jusqu'à l'aurore. Oui Dieu se fait le berger, Il se fait l'intime, le tout-proche de chacun de nous. Et c'est pourquoi nous pouvons recevoir de son cœur cet amour dont nous avons be­soin pour devenir, à notre tour, capables d'aimer, afin de parvenir à la vie. ( dixit le Frère Jean Philippe Revel de la paroisse Saint jean de Malte )

Attention donc à ce que vous entendez, et qui relativiserait nos devoirs envers Dieu, en privilégiant seulement l'amour du prochain, en omettant ce que je vous ai dit plus haut, faisant croire que seul le coeur compte pour être sauvé, à l'arrivée, on risquerait de s'entendre dire: Je ne te connais pas !

Nous serons jugés sur comment nous avons aimé Dieu le Père, le Fils, le saint Esprit, la Vierge Marie, Saint Joseph, tous les Saints également, l'Eglise, oublier cela, c'est mettre son âme en danger de paresse spirituelle .

Pour terminer et faire comprendre la nécessité d'intégrer dans notre vie le message donné par Saint Michel voici de quoi vous rassurer:

 

"Nous faisons remarquer que nous n'avons trouvé aucun motif de censure ecclésiastique portant à condamnation, ni dans la doctrine, ni dans les recommandations spirituelles que l'on a divulguées à l'occasion des Faits de Garabandal, en tant qu'adressées à des fidèles chrétiens; d'autant plus qu'elles contiennent une exhortation à la prière et au sacrifice, à la dévotion eucharistique, au culte de Notre-Dame sous des formes traditionnellement louables, et à la sainte crainte de Dieu offensé par nos péchés. Elles rappellent simplement la doctrine ordinaire de l'église en cette matière. Nous admettons la bonne foi et la ferveur religieuse des personnes qui accourent à San Sébastian de Garabandal, et qui méritent le plus profond respect... "

 


De Santander, le 8 juillet 1965. 
Eugenio, Evêque de Santander.