3 mai 2017 

Note doctrinale du Vatican :

" Dans une telle situation, les catholiques ont le droit et le devoir d’intervenir pour rappeler le sens le plus profond de la vie et des responsabilités qui incombent à tous en cette matière. Dans la droite ligne de l’enseignement constant de l’Église, Jean-Paul II a maintes fois répété que ceux qui sont engagés directement dans les instances législatives ont «une obligation précise de s’opposer» à toute loi qui s’avère un attentat contre la vie humaine. "

 << Pour eux, comme pour tout catholique, il est impossible de participer à des campagnes d’opinion en faveur de telles lois, et il n’est permis à personne de les soutenir par sonvote [19]. Comme l’a enseigné Jean-Paul II dans l'encyclique Evangelium vitae à propos du cas où il ne serait pas possible d’éviter ou d’abroger totalement une loi permettant l’avortement déjà en vigueur ou mise au vote, cela n’empêche pas qu'«un parlementaire, dont l’opposition personnelle absolue à l’avortement serait manifeste et connue de tous, pourrait licitement apporter son soutien à des propositions destinées à limiter les préjudices d’une telle loi et à en diminuer ainsi les effets négatifs sur le plan de la culture et de la moralité publique >>

Voici ce que dit Rome , C'est donc incompréhensible que les catholiques puissent être divisés ! Il y aurait il de la rébellion voir la perte de la Foi ? Je vote pour la perte du discernement résultant de la perte de la Foi !

Et en poussant le bouchon plus loin, je dirais que cela serait un scandale de choisir un programme allant contre ce que demande l'Eglise, et pour reprendre l'Abbé Laguérie, même un péché mortel !

A chacun selon sa conscience en souhaitant qu'elle soit éclairée.

Bastiano

http://www.vatican.va/roman_curia/congregations/cfaith/documents/rc_con_cfaith_doc_20021124_politica_fr.html