L'AMOUR DE JOSEPH POUR L'ENFANT JESUS

Résultat de recherche d'images pour "joseph et l'enfant jésus"

Méditation :

Considérons maintenant avec St Alphonse de Liguori l'amour que Joseph eut pour Jésus. Dieu, dit ce grand saint, ayant choisi Joseph pour servir de père à Jésus, dut certainement mettre dans son coeur un amour de père, et de père d'un tel Fils, qui était si aimable et qui était Dieu. L'amour de Joseph ne fut donc pas seulement naturel, comme celui des autres pères, mais encore surnaturel, puisqu'il trouvait dans la même personne un fils et un Dieu. Joseph savait, par la révélation certaine et divine de l'ange, que cet enfant, dont il se voyait toujours accompagné, était le Verbe Divin qui, pour l'amour des hommes et pour l'amour de lui en particulier, s'était fait homme ; il savait que cet enfant adorable l'avait lui-même choisi entre tous pour être le gardien de sa vie et qu'il voulait être appelé son fils.

Essayons de nous figurer quel incendie d'amour toutes ces considérations devaient allumer dans le coeur de Joseph, lorsqu'il voyait son Divin Maître le servir comme un simple ouvrier, tantôt ouvrir ou fermer la boutique, tantôt l'aider à scier le bois, tantôt manier le rabot ou la hache, tantôt ramasser les copeaux et balayer la maison ; en un mot, lui obéir en tout ce qu'il lui ordonnait et ne rien faire en dehors de son autorité.

Arrêtons-nous à ces pensées : elles sont trop sublimes pour avoir besoin des développements que la plume pourrait leur donner. Contemplons Jésus, le Roi des rois devenu l'humble apprenti de Joseph, son serviteur empressé et obéissant. Nous ne saurions prolonger longtemps notre médiation sans nous sentir profondément touchés d'un abaissement aussi prodigieux, et nous partagerons bien vite quelques uns des sentiments d'amour que ce spectacle attendrissant faisait naître dans le coeur si pieux et si tendre de Joseph.

Résolution :

Faire quelque fois notre visite au Saint Sacrement en union avec Saint Joseph contemplant l'Enfant-Jésus dans la boutique de Nazareth.

Exemple : la lettre d'une pauvre fille

Le R. Père Huguet cite la lettre suivante comme ayant été écrite par une pauvre petite fille, enfant si misérable qu'elle n'avait que des haillons pour se couvrir.

"Aimable Saint Joseph, qui avait toujours été si pauvre, qui avait gardé l'Enfant Jésus, qui a voulu être pauvre pour nous, obtenez-moi la grâce d'aimer toujours ma pauvreté ; que mes parents l'aime aussi, qu'ils ne murmurent point contre le Bon Dieu qui nous veut pauvres, et par conséquent, plus semblables à son Divin Fils ! oh ! Que nous sommes heureux ! (La dévotion à St Joseph inspirée à la jeunesse).