LA NAISSANCE

Résultat de recherche d'images pour "la creche de noel"

Méditation :

Hier nous méditions sur la tristesse et la douleur de St Joseph quand il se vit réduit à reconduire Marie dans la pauvre étable où Elle devait enfanter. Aujourd'hui, considérons l'admirable compensation que le Seigneur daigne accorder à son fidèle serviteur, aussitôt après la naissance de Jésus. Ah ! Elles durent être bien vite oubliées les épreuves du voyage et de l'arrivée, quand ce moment sublime eut sonné ! Des larmes de joie remplacèrent les larmes de l'épreuve, quand Joseph, qui sans doute, se tenait uni à Dieu dans le silence de l'oraison, pendant que s'accomplissait les mystères divins, s'entendit appeler par Marie : "Viens, Joseph, adorer notre Dieu fait petit enfant, qui est né dans cette étable. Regarde et admire comme il est beau ! Regarde dans cette crèche, sur ce foin, c'est le Roi du monde ! Vois comme Il tremble de froid, celui qui embrase d'ardeur les séraphins ! Entends comme Il pleure, celui qui est la joie du Paradis !". Oh âme chrétiennes, comprenez-vous quels durent être les sentiments de tendresse et d'amour de Joseph quand il vit de ses propres yeux le Verbe éternel fait petit enfant, et qu'il entendit les anges chanter autour de leur Roi, au milieu de cette grotte inondée de lumière ! Alors il se jeta à genoux, et pleurant des larmes d'amour, il disait : "Je vous adore, oui, je vous adore Seigneur, mon Dieu ! Quel bonheur pour moi d'être le premier après Marie à vous voir né ! A savoir que dans le monde vous voulez être appelé et regardé comme mon fils ! Oh ! Laissez-moi vous appeler de ce nom, laissez-moi vous dire : mon Dieu et mon fils ! Je me consacre à vous tout entier. Ma vie ne sera plus à moi, elle sera à vous. Elle ne sera plus employée qu'à vous servir, mon Maître !"

Résolution :

Dans les visites au saint Sacrement, en regardant le Tabernacle, songer et s'unir aux sentiments de Saint Joseph quand il regardait l'enfant Jésus dans la crèche.

Exemple : La fille adoptive de St Joseph

Sainte Françoise fut comme ravie hors d'elle-même, le beau jour de sa première communion, et dans cette extase elle vit Notre Seigneur, la Sainte Vierge et auprès d'eux Saint Joseph revêtu d'une très grande gloire. Tandis qu'elle admirait la beauté de ce saint, il lui fut révélé qu'après Marie il avait la plus grande place dans le Ciel. Elle fut étonné qu'un si grand mérite ne fut pas connu dans le monde ; et dès ce moment elle se sentit pénétrée d'un profond respect et d'un ardent amour pour ce grand patriarche. Elle s'adressa à lui avec confiance, le priant de lui permettre de le regarder comme son père et de l'invoquer sous ce titre. Cette prière fut très agréable à Jésus et à Marie, et particulièrement à Saint Joseph, qui l'adopta pour sa fille. Il lui promit de lui faire ressentir le crédit et l'autorité dont il jouit auprès de Dieu pour avoir été père et conducteur, nourricier et tuteur du Verbe incarné, l'époux de la Divine Marie et le témoin de ses vertus. (Vie de la vénérable soeur, Françoise de Saint Joseph)

 

Qu'en tout la volonté de Dieu s'accomplisse