Pour continuer mes favoris de ce mois concernant mes lectures, j'ai découvert la vie de la "Bienheureuse Anna-Maria Taïgi" d'Albert BESSIERES S.J aux éditions RESIAC. Bien sûr je la connaissait de nom mais sans jamais m'y être intéressée de près. Eh bien je dois dire qu'elle un modèle pour les femmes d'aujourd'hui ! Mariée à un homme rustre et colérique, elle est un grand modèle de patience, d'amour du prochain et de dévouement. Elle est une victime expiatoire pour les péchés du monde. Elle est d'ailleurs considérée comme modèle des épouses, des mamans et des belles-mères ! Elle était en conversation permanente avec Dieu.

Ce livre est un témoignage de son mari, de sa fille et plusieurs personnes, après sa mort, pour la cause de sa béatification.

Extrait : 

Au P. Angelo, Anna a dit que Dieu l'appelle "à être une victime expiatoire pour les péchés du monde". Pour seconder cette vocation, Il l'engage à devenir tertiaire de l'Ordre Trinitaire. Ordre fondé par saint Jean de Matha et saint Félix de Valois, son Tiers-Ordre compta un grand nombre de Papes, de rois et de reines que se faisaient gloire de porter, comme AnnaTaïgi, le scapulaire blanc avec croix rouge et azur... Domenico (son mari) consentit. "Elle était, dépose-t-il, très dévote aux saints mystères. C'est pourquoi elle me demanda la permission de prendre l'habit des tertiaires de cet ordre. J'y consentis volontier. Le Père Ferdinand, du Couvent San carlino, la reçut, mais à la condition qu'elle remplirait toujours ses obligations d'épouse et de mère, attendu qu'une femme mariée n'est plus maîtresse d'elle-même, mais soumise à l'homme. Telles furent nos conditions ; elle les observa toujours avec une prompte obéissance et une entière fidélité..." Brave Domenico ! Mais voici une complication. "Quand elle prit l'habit de Tertiaire, continue-t-il, le Père Ferdinand lui conseilla la séparation de lit. Je ne sais si la suggestion vint du confesseur ou du désir de ma femme. Je répondis absolument non, car dans ce cas, ma femme eût dû se faire religieuse et non se marier". 

Domenico avait l'étoffe d'un théologien ! Le Père ferdinand lui fournira d'autres occasions de le prouver. Ne voilà-t-il pas qu'il commande à Anna de porter, même dans la rue, le costume religieux du Tiers-Ordre ? Anna obéit, ce que le promoteur de la foi lui reprochera, en taxant d'égale imprudence celui qui commande et celle qui obéit... Comme accomplir son devoir et d'abord le connaître est parfois difficile ! Avant le promoteur de la Foi, Domenico proteste donc, surtout pendant les grossesses de sa femme. Anna et le Seigneur lui donneront raison. Elle changera de confesseur.