25 février

Avant de disparaître, la Vision s'adresse à Bernadette : "Allez boire à la fontaine et vous y laver ; Allez manger cette herbe qui est là." Et Bernadette creuse la terre de ses mains, boit de l'eau boueuse et mange une herbe amère ; tout cela cause scandale !

Nous voici précisément un jeudi et juste au milieu de la quinzaine, ce jour marque vraiment un sommet par la révélation de la Source, par la pénitence sous forme active d'exercices pénibles et humiliants.

La Source ? Nous nous souvenons de l'Exode et de l'eau de "Massa" dans le désert, jaillie du Rocher ; rappelons-nous aussi Naaman le Syrien (2 Rois 5, 10) et dans l'Evangile, l'aveugle-né (Jn. 9, 11) : si la source nous est ainsi révélée, elle est enrichie d'une vertu miraculeuse que tous, aujourd'hui, reconnaissent. Cette source nous rappelle l'eau du Paradis terrestre en ses quatre fleuves afin d'irriguer et de porter la vie au monde entier (Gen. 2, 10). Elle deviendra ce "Fleuve de Vie" dont parle l'Apocalypse (22, 1-2) "limpide comme du cristal qui jaillissait du trône de Dieu et de l'Agneau" ! ; et cela n'est pas sans rappeler l'eau qui sort du Temple en torrents abondants, selon la vision du prophète Ezéchiel (47, 1-12). Mais cette source d'eau jaillissante pour la Vie éternelle (Jn. 4, 14), ne sourd et ne peut surgir que de ce rocher (I Cor. 10, 4), que de ce Temple qu'est Notre Seigneur Jésus-Christ Lui-même : "Qui boira de l'eau que Je lui donnerai n'aura plus jamais soif : l'eau que Je lui donnerai deviendra en lui source d'eau jaillissante pour la vie éternelle" (Jn. 4, 14) disait-Il à la samaritaine. Plus encore, un peu plus tard Il dira : "Si quelqu'un a soif, qu'il vienne à Moi et qu'il boive(...) car, selon le mot de l'Ecriture : de son sein couleront des fleuves d'eau vive" (Jn. 7, 38-37. cf. Zac. 14, 8 et Ez. 47).

La source aujourd'hui révélée par Notre-Dame sort, en effet, du Coeur de notre Divin Sauveur : et "il sortit du sang et de l'eau" (Jn. 19, 34). Je m'arrête en cette évocation. On n'en finirai pas sur ce thème qui ouvre sur l'Eucharistie...

L'herbe, c'est la même chose... Elle nous rappelle le passage dans le désert et l'herbe du repas Pascal remplie d'amertume (Ex. 12, 8. cf. Deut. 8, 3) : c'est l'amertume de l'esclavage du péché, l'ombre de la pénitence et également le symbole de l'Eucharistie...