28 décembre 2016

La créche bafouée en Italie pour construire des ponts ! 

Saint François d'Assise à Greccio arrive en 1209. Comme d' habitude, il est allé vivre dans un endroit isolé, un ermite sur le mont Lacerone à quelques kilomètres du château de laville. Après plusieurs années de prédication, la population locale , y compris le caractère sacré de l' homme. Le seigneur de Greccio, John Velita , il est devenu un véritable ami, tant pour lui demander d'approcher la ville pour permettre à chacun d'aller entendre. La légende veut que de choisir le lieu de la nouvelle résidence, St. Francis est confiée à un enfant âgé de quatre ans. Ce qui a été fait de lancer un tison enflammé, qui est tombé dans un lieu plein de grottes. Ceux même grotte où était représentée la naissance et maintenant se reproduit dans toutes les crèches du monde.

Le désir de commémorer la naissance de Jésus vient à François lors d' un voyage en Palestine. Lorsque , à l'automne de 1223 , il se rendit à Rome par le pape Honorius III, il a demandé au Saint - Père pour être en mesure de réaliser. Obtenu la permission, St. Francis retourné au Greccio que «rappelé Bethléem» et a dit John Velita: «Je veux célébrer avec vous la nuit de Noël . Choisissez une grotte où vous allez construire une mangeoire et vous y conduire un bœuf et un âne, et essayer de reproduire, dans la mesure du possible l'étable de Bethléem! Ceci est mon désir, parce que je veux voir, au moins une fois, de mes propres yeux, la naissance de l'enfant divin. "

Donc, le 24 Décembre, 1223, met en scène la naissance de l' enfant Jésus. Il y avait la grotte, le bœuf et l ' âne . Aucun de ceux qui étaient présents a pris le rôle de Joseph et de Marie, parce que François ne voulait pas étaient de "montrer" la naissance de Jésus. Seulement plus tard , dans les berceaux du monde les autres personnages ont été ajoutés.

Le biographe de saint François, Thomas de Celano, a écrit que l'une des personnes présentes a vu le petit garçon en terre cuite viennent à la vie.

A partir de ces moments proviennent de la crèche traditionnelle , puis transmis et exportés partout dans le monde chrétien. A Greccio, chaque année, est mis en scène la mémoire de cet événement. Pas seulement une crèche vivante, mais l'évocation des moments qui ont conduit saint François pour réaliser la naissance de Jésus.

Les traditions restent vivantes que si elles se développent. leur clôture dans un tiroir vous finissez par les oublier. Un symbole que depuis 1223 est exposé dans tous les lieux de l' Italie et de l' Europe ne peut être laissée à l'excuse de ne pas "offenser" les autres religions. Ou, ce qui est plus grave encore, au nom de l'Etat laïque. La crèche est un symbole culturel . Et comme tel , il doit être défendu.

Et Maintenant ceci :

 

 

À chacun sa crèche, par charité. A Naples on insère Maradona, à Potenza on s'efforce de la faire ressembler à une "scène de la nativité islamique": la Vierge avec le voile, Saint-Joseph qui ressemble plus à un imam qu'à un charpentier, une tente bédouine à la place d'une étable et une bannière arc-en-ciel remplaçant l'étoile du berger.

 Qui sait ce qu'aurait pensé saint François en voyant "son" berceau réduit à cet état dans la paroisse de Sainte-Anne à Potenza. Quand la ville de Greccio a mis en scène pour la première fois la nativité (voir la vidéo), Jésus, Joseph et Marie avaient des visages et des aspects occidentaux. Les bergers aussi. Les moutons aussi. Et il n'y avait pas d'autre intention que de raconter à la population la grandeur de la naissance du Christ, le Sauveur.

ujourd'hui, cependant, entre ceux qui décident de ne pas le faire et ceux qui l'utilisent à d'autres fins, la crèche est en train de devenir la caricature de ce qu'elle était.

Inutile de tourner autour du pot: il est étonnant de voir la Vierge Marie qui couvre son visage avec un voile islamique. Certains d'entre vous diront qu'à cette époque les femmes étaient couvertes. Même si c'est le cas, sur les images sacrées de la tradition occidentale, Marie porte certes un voile léger, mais son visage est découvert.

Vierge Marie

Visage Découvert selon la tradition chrétienne

Celle de Potenza est une exagération (délibérée?). Comme le sont la tente bédouine au lieu de la grotte et l'inscription "Bâtissons des ponts, pas des murs" au-dessus de la Sainte Famille. La barque des réfugiés détonne aussi en substitution des bergers.

En publiant les premières photos de la crèche de Potenza dans Imola Aujourd'hui, Marialuisa Bonomo souligne à juste titre que l'Eglise ne peut pas tomber dans l'erreur d'échanger la piété chrétienne et le respect envers les musulmans en légitimant la foi islamique. Car si croire en Mohammed ou en Jésus devient «la même chose», alors les racines mêmes de l'Eglise s'effondrent, le sens profond de la foi qui doit nécessairement reconnaître le Christ comme le seul sauveur du monde.

 Les musulmans reconnaissent Jésus comme un prophète et la Vierge Marie est mentionnée dans le Coran? Vrai. Mais pour eux, Marie n'a jamais donné naissance au Fils de Dieu et le Nazaréen a indiqué Mohammed comme le «sceau des prophètes." Un chrétien peut-il justifier cela? Non, il ne devrait pas. Mais si nous ne sommes pas en mesure de faire un berceau "traditionnel", imaginez défendre les principes fondamentaux de la foi.

Source Traduction Schwarze Rose pour Les Observateurs.ch

http://www.ilgiornale.it/news/greccio-primo-presepe-storia-italiano-1207203.html