Voici une petite méditation pour ces jours de Carême qui nous aidera à comprendre qu'en se remettant dans les mains de Marie, on arrivera plus vite au Coeur de Jésus.

La participation de ma Mère à mon Incarnation est un mystère grand et sublime. Tandis qu'elle me donnait la vie corporelle, me nourrissait et m'élevait, avant et après ma naissance, Moi Je lui donnais, dans une mesure toujours plus grande, ma Vie Divine.

C'est pourquoi Je suis comme une partie d'elle pour la nature humaine et elle est comme une partie de Moi pour la nature Divine.

Nature humaine et nature Divine, en Moi et en elle, se fondent en un mode unique, particulier et mystèrieux, de sorte que tout ce qui est mien est sien également, et que tout ce qui est sien est mien également.

D'où il clair et évident que sa participation au Mystère de mon Incarnation nous porte à une communion parfaite, de sorte que les pensées, les affections, les joies et les douleurs jaillissent pour ainsi dire d'une seule source.

Sa participation à ma souffrance infinie est mystèrieusement si intense qu'elle ne peut être comprise par des esprits humains. Pour la même raison, son amour pour Moi, Un et Trine, et pour tous les hommes, devient incompréhensible à des esprits humains.

La grandeur de ma Mère dans l'épreuve et dans la douleur, comme sa grandeur dans la gloire, sont aussi une chose incompréhensible à des êtres humains.

Elle vit en Moi et Je vie en elle. Il en ai ainsi maintenant, il en fut ainsi et il en sera toujours ainsi.

Présente, constante, participante, elle ne subit pas l'action mais - avec son divin Fils - elle fut vrai protagoniste du drame de la Rédemption, qui est au centre de l'histoire du genre humain.

C'est pour cela que ma Mère est Corédemptrice. Pour accomplir cette offrande, ma Mère a dû s'anéantir elle-même entièrement. La victime se détruit, la victime se consume. Elle a dû marcher sur son Coeur, son coeur de Mère Sainte et pure... Elle a dû sacrifier et immoler tous ses sentiments, elle à dû et voulu répéter son FIAT et, comme Jésus et avec Jésus, elle a dit : "Que ta volonté, O Père, s'accomplisse et non la mienne !".

Ma mère, comme prêtresse, a fourni à Dieu et aux hommes la plus grande preuve d'amour qui consiste dans le sacrifice, non de sa propre vie, mais de la vie de Celui qu'on aime le plus.

 

Extrait de "Confidences de Jésus" à ses prêtres et à ses fidèles par Mgr Ottavio Michelini

Qu'en tout la volonté de Dieu s'accomplisse

Gemma_Elisa