<< La Côte d'Azur, joyau pour vous humains, mais repère de serpents pour Moi, va bientôt souffrir, la terre va bouger, ceux qui croieront à ce que tu diras te suivront, ceux qui seront endormis dans leur bien être resteront et en souffriront ...>> ( extrait à Barholomaeo 7/05/1992)

Après le synode de Sète qui a ouvert la voie – sans imposer –, le pasteur et le conseil presbytéral de l’église protestante unie de Nice ont décidé d’accorder leur bénédiction aux mariages homosexuels

Effervescence ce matin de Pentecôte, à l'église du Saint-Esprit, boulevard Victor-Hugo. L'office commence dans une heure. Le pasteur s'affaire, l'organiste vient d'arriver. Les premiers paroissiens aussi. Julien et Pierre installent la table.

Avec le sourire. Comme d'habitude. Peut-être, un peu plus que d'habitude : dans quelques semaines, le pasteur bénira leur mariage. Julien, 34 ans, et Pierre, 40 ans, devraient être le premier couple homosexuel à obtenir la bénédiction de leur union par l'église protestante unie de Nice.

"Un symbole fort" pour les deux hommes qui se sont rencontrés "dans cette église, grâce à une paroissienne". Le premier est réformé, le second luthérien, ils s'aiment depuis des années, mais ne se sont jamais mariés civilement, attendant "la possibilité de la bénédiction du couple à l'église".

Une voie ouverte par la "décision courageuse" du dernier synode de l'Église protestante unie de France qui s'est tenu à Sète mi-mai. "Nous avons aujourd'hui une très grande fierté d'appartenir à cette Église qui est capable de prendre des décisions à contre-courant des autres Églises", dit le couple.

"Ne pas confondre morale et évangile"

"On a commencé à réfléchir à la question au moment du Mariage pour tous,intervient Bernard Kohl, le président du conseil presbytéral de l'Église protestante unie de Nice, qui compte "900 familles".

"Cette décision n'a pas été unanime, mais très majoritaire : sur cent délégués, il y a eu 94 pour, trois contre. Le synode fixe les grandes orientations mais chaque pasteur conserve sa liberté de conscience".

Tout n'a pas été simple. "A Nice, les discussions ont parfois été vives, deux ou trois familles ont même claqué la porte mais la majorité a compris le message évangélique".

Le Pasteur - Thibaut Delaruelle - bénira donc l'union des gays qui en feront la demande.

"Comme une évidence. On ne fait pas cela pour se distinguer ni pour suivre les tendances,pose le prédicateur,on le fait pour être cohérents avec nous-mêmes. Nous ne confondons pas la morale et l'évangile. L'évangile parle à tous aux hétéros comme aux homos".

Attachés à la laïcité

Bernard Kohl décode: "Le mariage catholique est issu de l'ancien régime. Il n'y avait alors pas d'État civil, seuls les curés mariaient et aujourd'hui encore, les catholiques s'estiment mariés au moment où ils passent devant le prêtre. Ce n'est pas notre façon de voir les choses. Les protestants sont très attachés à la laïcité, ils ont d'ailleurs été des fers de lance de cette loi. Pour nous, la seule question qui se pose est celle de l'accueil, de l'accueil de tous les Hommes sans jugement sur leur option sexuelle qui n'est qu'une partie infime de leur personnalité ».Il s'interroge sur le sens d'une Église qui « pourrait bénir des troupeaux de moutons et pas des hommes pour la seule raison qu'ils sont homosexuels ?".

Cette décision, estiment Pierre et Julien, est "une nouvelle pierre contre l'homophobie, un témoignage fort de ce qu'est notre église : une église d'ouverture, d'évangile et de tolérance". Et, surtout, elle a été portée par "beaucoup et notamment par des paroissiens âgés".

Par Josette, 72 ans, pour qui "Julien et Pierre sont comme les autres". Par Olga, 85 ans, qui s'amuse qu'on lui pose la question: "Même dans la vie religieuse, il faut évoluer. Cela fait partie de notre temps. Je suis heureuse de les voir heureux. Ils nous apportent beaucoup par leur exemple".