La nomination date de ce samedi. Le prédicateur controversé, pro-gay, très ouvert sur le divorce, reçoit un coup de pouce du Pape. Traductions de Anna.

Quiconque a fréquenté le rayon « religions » (ou « spiritualité ») d’une grande surface culturelle, connaît au moins le nom de Timothy Radcliffe, édité en France au Cerf.

* * *

Très élusif article de la Croix

Samedi 16 mai 2015, le pape François a nommé consulteur au Conseil pontifical Justice et Paix, le P. Timothy Radcliffe, 70 ans, dominicain, directeur de l’Institut Las Casas pour les études sur la justice sociale et les droits humains, du couvent des Blackfriars à Oxford (Angleterre).
Pédagogue hors pair, auteur de nombreux livres de réflexion et de spiritualité accessibles au grand public, il a été supérieur provincial d’Angleterre en 1987 puis a été maître de l’Ordre de 1992 à 2001.

Rorate Caeli, qui rapporte aussi la nouvelle, précise:

Radcliffe n'est pas le seul dominicain libéral et dissident qui a le vent en poupe en ces jours. Sa nomination vient quatre jours seulement après que le Père Gustavo Gutierrez ait été la vedette d'une conférence de presse au Vatican. 
Un autre Dominicain dissident montant est Jean Paul Vesco, Évêque d'Oran (Algérie), jeune évêque (53 ans) qui était provincial de la Province de France de l'Ordre des Prêcheurs de 2010 à 2012 et un soutien important de la proposition Kasper depuis l'année dernière; il sera un des délégués au Synode 2015 des Évêques.

Le site catholique progressiste américain Crux nous en dit un peu plus sur Radcliffe :

UN RÔLE AU VATICAN POUR TIMOTHY RADCLIFFE, PRÉDICATEUR ET ÉCRIVAIN CONTROVERSÉ.

http://www.cruxnow.com 
(Traduction de Anna)
-----

Un prédicateur et écrivain de renommée internationale, connu pour repousser les limites de l'orthodoxie catholique, et allié solide du pape François, a eu samedi dernier une promotion par le Saint Siège.
En un geste qui va faire sourciller la garde traditionnelle de l'Église, le Pape François a nommé le Révérend Timothy Radcliffe consultant du Conseil Pontifical pour la Justice et la Paix, a annoncé le Vatican samedi.
Radcliffe, qui est né en Angleterre et a été à la tête de l'Ordre Dominicain pendant presque une décennie dans les années 90, dirige à présent un centre d’étude sur la justice sociale à Oxford et a contesté à plusieurs reprises les mentalités catholiques à l'égard des femmes, des gays et lesbiennes, et des divorcés.

L'année dernière il a été au centre d'une polémique au sujet de l'invitation à intervenir à la Conférence Internationale sur la Divine Miséricorde, le plus important rassemblement catholique en Irlande. La chaine de télévision américaine EWTN a annulé son projet de couvrir l'événement (cf. www.independent.ie/irish-news/), à cause de la participation de Radcliffe. Un des hôtes de la station a décrit les opinions de Radcliffe comme "s'écartant sensiblement de la doctrine catholique".

Selon The Tablet, la querelle avait été provoquée par les commentaires faits par Radcliffe en 2013 au sujet de l'homosexualité:
"Elle peut être sans doute généreuse, vulnérable, tendre, réciproque et non-violente. À bien des égards, je pense donc qu'elle exprime le don de soi du Christ", avait-il affirmé. Il s'était déclaré surpris que ses opinions aient suscité une telle agitation, affirmant qu'elles étaient "en profonde résonance avec l'enseignement du Pape François.",
Et toutefois, il a publiquement soutenu l'opposition de l'Église aux mariages du même sexe, bien que pour des raisons qui ne sont pas celles habituelles des responsables de l'Église.
Radcliffe a par exemple écrit dans un article de décembre 2012 sur le Guardian: "Il est réconfortant de voir la vague de soutiens pour les mariages gays. Cela révèle une société qui aspire à une tolérance ouverte envers toutes sortes de personnes, un désir de vivre tous ensemble dans une acceptation réciproque".

Toutefois, a-t-il dit, la notion hétérosexuelle de mariage ne devrait pas être imposée aux couple gays, bien que les différences devraient être acceptées.
La tolérance, a-t-il écrit, "implique l'attention à la particularité de l'autre, le fait de savourer combien il ou elle est différent de moi, dans sa foi, son ethnicité, son orientation sexuelle. Une société qui fuit les différences et prétend que nous somme tous égaux, peut avoir proscrit l'intolérance dans une forme, et l'avoir instituée en d'autres."

En tant que consultant du Conseil Pontifical pour la Justice et la Paix, Radcliffe est l’une des quelque 40 personnes au monde qui, d'après le Vatican aident à "tracer les lignes générales de l'action du Conseil, selon leur sensibilité et leurs engagements professionnels et pastoraux".
Il est auteur de plus d'une demi-douzaine de livres et un orateur prisé au niveau international. Son livre "What is the point of Being a Christian?" (Pourquoi donc être chrétien?, éd. du Cerf, 2005) a obtenu en 2007 le prix Michael Ramsey qui est décerné par l'Archevêque anglican de Canterbury à "l'écrit de théologie contemporaine le plus prometteur de l'Église globale".

Radcliffe, qui a été ordonné en 1971, est aussi promoteur de l'ouverture de la communion aux catholiques divorcés et remariés, sujet brûlant parmi les évêques qui participent au Synode sur la Famille.
Dans un essai paru en 2013 sur le magazine America, Radcliffe a écrit qu'il nourrit "deux profonds espoirs. Qu'une voie soit trouvée pour admettre à la communion les divorcés remariés. Et, le plus important, que soit donnée aux femmes une véritable autorité et voix au sein de l'Église. Le Pape a exprimé son désir que cela se produise, mais quelle forme concrète cela peut-il prendre?"
Au sujet du rôle des femmes dans l'Église il est dans la même ligne que le Pape François, qui a dit non à l'ordination des femmes mais qui veut néanmoins que les femmes aient des positions d'autorité. Radcliffe déplore ce qu'il considère comme une plus forte fusion entre l'ordination et les postes décisionnels dans l'Église.
"Je pense que la question de l'ordination des femmes est devenue plus grave à présent parce que l'Église est devenue plus cléricale par rapport à ce qu'elle était dans mon enfance," a affirmé Radcliffe dans une interview de 2010 à US Catholic.
Radcliffe a promu une église plus ouverte, suivant l'affirmation du Pape François que l'Église doit "mettre partout la pagaille" (make a mess of things).
"Jésus a donné une large hospitalité, a mangé et bu avec toute sorte de personnes. Nous devons incarner son cœur ouvert, plutôt que de nous retirer dans un ghetto catholique", a déclaré Radcliffe dans une interview de 2013

http://benoit-et-moi.fr/2015-I/actualite/timothy-radcliffe-a-justice-et-paix.html