Dans un message cité dans ce blog , émanant de la Sainte Vierge, datant du 8 Décembre 2011, donné par l'intermediaire de Bartholomaeo, il est dit ceci:

... Pourquoi négliger ainsi les trésors que, par mon Eglise, le Seigneur met à votre disposition ? Qui a pensé à me souhaiter ma Fête ?

( pour rappel Immaculée Conception ) , qui aujourd'hui s'est servi de l'indulgence plénière mise à disposition après la neuvaine qui m'est adressée? "

Aussi, à la lecture de ce message , il m'est venu à l'idée de vous donner matière à pouvoir utiliser les " trésors " dont chaque fidèle , peut bénéficier .

Pour rappel général :

N. 1 - L’indulgence est la remise devant Dieu de la peine temporelle due pour les péchés, déjà effacés quant à la faute, que le fidèle, bien disposé et à certaines conditions déterminées, reçoit par l’intervention de l’Église qui, en tant que ministre de la rédemption, distribue et applique avec autorité le trésor des satisfactions du Christ et des Saints .

 

N. 2 - L’indulgence est partielle ou plénière selon qu’elle libère en partie ou totalement de la peine temporelle due pour les péchés .

 

N. 3 - Tout fidèle peut gagner des indulgences partielles ou plénières pour lui-même, ou les appliquer aux défunts par mode de suffrage .

Je vous laisse découvrir le site sur l'enchiridion des indulgences, et vous souhaite d'en faire bon usage pour  le salut de votre propre âme, ainsi que  celui des âmes du purgatoire.

http://www.clerus.org/clerus/dati/2001-03/14-6/EnchIndu.html#_Toc509200486

Rappel :

Confession dans les 8 jours avant ou après 

Il faut retenir que la pratique des indulgences, loin d’être désuète, est liée au dogme de la commu­nion des saints : en effet, l’indulgence est la remise, plénière ou partielle, devant Dieu, de la peine temporelle due pour les péchés déjà pardonnés quant à la faute, que le fidèle bien disposé, et à des conditions déterminées, reçoit par l’intervention de l’Église, laquelle, comme ministre de la Rédemption, distribue avec autorité et appli­que le trésor des réparations du Christ et des saints. Les indulgen­ces, plénières ou partielles, sont applicables au fidèle qui veut en profiter lui-même, ou bien aux défunts, mais non à d’autres hommes encore vivants.