18 octobre 2014

Le Cardinal Ratzinger 

Alors Préfet pour la Congrégation de la Foi, nous voyons dans cette lettre e-x-a-c-t-e-m-e-n-t ce qui vient d'être débattu au synode et résumé ce samedi 

Cette lettre issue du site même du Vatican date du 14 septembre 1994 , il est signifié en bas que SS Jean Paul II l'approuvait ...

Ce qui revient à dire que le Cardinal Ratzinger devenu Benoit XVI, et SS Jean Paul II d'accord sur le fond, n'ont pas pu rendre public ce débat en son temps ...

Donc le Pape François ne fait qu'essayer d'appliquer concrètement ce qui n'a pas pu, parce que peut être trop tôt, être effectif ( les moeurs en 1994 n'etant pas au point d'aujourd'hui en 2014) .

Il a, à mon sens, était élu pour un agenda bien précis, et comme il le dit lui-même, si Dieu lui prête vie, démissionnera ensuite, laissant dans quel état l'autorité papale ? Je crains le pire ...

En demandant aux évêques de statuer la dessus, (là encore c'est écrit dans la lettre du Cardinal Ratzinger), et de ce fait, même s'il est dit qu'il décidera à la fin, ( ce qui ne fait aucun doute venant de sa part ) J'estime, et ça n'est que mon point de vue, qu'en agissant de la sorte , il diminue le pouvoir confié à Pierre et à ses successeurs .

Je veux dire que l'institution de la Papauté et son pouvoir de pasteur universel est mis en danger, et qu'une fois cette institution réduite à un simple frère parmi les frères, la place est toute préparée pour que nous n'ayons bientôt plus de chef de L'Eglise, et le siège papal usurpé.

Hypothèse me direz vous ? Certes , mais certains prophètes en parlent ...

 En attendant quelques extraits que vous pourrez lire sur le lien en bas .

... les divorcés remariés devraient nouer un colloque avec un prêtre prudent et expert. Ce prêtre cependant serait tenu de respecter leur éventuelle décision de conscience d'accéder à l'Eucharistie, sans que cela n'implique une autorisation officielle.

 

Dans ces cas et d'autres semblables, il s'agirait d'une pratique pastorale tolérante et bienveillante visant à rendre justice aux différentes situations des divorcés remariés.

Cette Congrégation juge donc qu'elle a le devoir de rappeler la doctrine et la discipline de l'Eglise à ce sujet. Celle-ci, fidèle à la parole de Jésus-Christ(5), affirme qu'elle ne peut reconnaître comme valide une nouvelle union, si le mariage précédent l'était. Si les divorcés se sont remariés civilement, ils se trouvent dans une situation qui contrevient objectivement à la loi de Dieu et, dès lors, ils ne peuvent pas accéder à la Communion eucharistique, aussi longtemps que persiste cette situation"(6).

Si l'on admettait ces personnes à l'Eucharistie, les fidèles seraient induits en erreur et comprendraient mal la doctrine de l'Eglise concernant l'indissolubilité du mariage"(7).

 

Pour les fidèles qui se trouvent dans une telle situation matrimoniale, l'accès à la Communion eucharistique sera ouvert uniquement par l'absolution sacramentelle qui ne peut être donnée "qu'à ceux qui se sont repentis d'avoir violé le signe de l'Alliance et de la fidélité au Christ, et sont sincèrement disposés à une forme de vie qui ne soit plus en contradiction avec l'indissolubilité du mariage. Cela implique concrètement, lorsque l'homme et la femme ne peuvent pas, pour de graves motifs - par exemple l'éducation des enfants - remplir l'obligation de la séparation, qu'ils prennent l'engagement de vivre en complète continence, c'est-à-dire en s'abstenant des actes réservés aux époux'"(8). Dans ce cas, ils peuvent accéder à la Communion eucharistique, l'obligation d'éviter le scandale demeurant toutefois.

C'est moi qui souligne ce passage, car je connais personnellement des couples vivant en conformité avec les lois de l'Eglise, et avec le passage précedent en italique.

Certes, posant l'acte d'obéir, la Grâce de Dieu ne manquera pas pour rester conforme à la volonté Divine. Encore faut-il que le "monde" n'ait pas endurci les coeurs, et que l'amour de "la chair" ne soit pas devenu un empêchement au discernement.

Mais quand ce discernement est fait, et que par Grâce on comprend que l'âme est en jeu ...tout devient possible.

Voici le lien en question : 

http://www.vatican.va/roman_curia/congregations/cfaith/documents/rc_con_cfaith_doc_19940914_rec-holy-comm-by-divorced_fr.html

Bastiano