13 septembre 2014

Je reçois en ce moment des informations sur des propos éventuels tenus par le Pape François, concernant sa vision de la Correction Fraternelle, qu'il faut savoir donner , sans aucun sentiment de réjouissance, ni de puissance de juger , au sens de condamnation, sans pour autant avoir peur de dire la Vérité, car il n'y pas  de charité sans la Vérité, parfois cette vérité doit être dite avec Force, ce qui fut le cas de Jean le Baptiste:

Engeance de vipères ! Qui vous a avertis de fuir la colère à venir ?" Mat chapitre III

Ou encore Jésus :

"Vous avez pour père le diable, et vous voulez accomplir les désirs de votre père. Il a été meurtrier dès le commencement, et il ne se tient pas dans la vérité, parce qu'il n'y a pas de vérité en lui. Lorsqu'il profère le mensonge, il parle de son propre fonds; car il est menteur et le père du mensonge. "

Alors ? qui peut juger Jean le Baptiste et Notre Seigneur ? Qui peut dire que ce n'était pas charitable de parler en Vérité  dans l'humilité? 

A savoir selon l'acceptation de parler, car envoyés par Dieu ! rester en dessous de ce que Dieu demande , ça n'est pas être humble, c'est être tiède, la vraie humilité est de faire cette volonté sans dépasser le Maître , ni cacher la lumière sous le boisseau .

pour rappel voici ce que disait Dieu à Ezechiel, et que chacun devrait retenir afin, si nous avons le souci des âmes, sans pour autant en avoir la charge, qui revient aux Prêtres, de donner cette correction fraternelle afin qu'ils ne soient plus ignorants .

"Chapitre 33 
1 La parole de Yahweh me fut adressée en ces termes: 
2 "Fils de l'homme, parle aux enfants de ton peuple, et dis-leur: Quand je fais venir l'épée contre un pays et que les habitants de ce pays, prenant quelqu'un du milieu d'eux, l'établissent comme sentinelle, 
3 et que cet homme, voyant l'épée venir contre le pays, sonne de la trompette et avertit le peuple, 
4 si celui qui entend le son de la trompette ne se laisse pas avertir et que l'épée survienne et le surprenne, son sang sera sur sa tête: 
5 il a entendu le son de la trompette et ne s'est pas laissé avertir; son sang sera sur lui; mais s'il s'est laissé avertir, il aura sauvé sa vie. 
6 Que si la sentinelle, voyant venir l'épée, ne sonne pas de la trompette, et qu'ainsi le peuple ne soit pas averti, et que l'épée survienne et surprenne l'un d'entre eux, cet homme sera surpris dans son iniquité, mais je demanderai compte de son sang à la sentinelle. 
7 Et toi, fils de l'homme, je t'ai établi comme sentinelle pour la maison d'Israël quand tu entendras de ma bouche une parole, tu les avertiras de ma part. 
8 Quand j'aurai dit au méchant: "Méchant, tu mourras certainement!"si tu ne parles pas pour avertir le méchant de quitter sa voie, celui-ci, étant méchant, mourra dans son iniquité; mais je te demanderai compte de son sang. "

Déjà début septembre, le Pape donné son interprétation pastorale concernant Saint Paul , il dit :

"C’est pourquoi le chrétien peut s’enorgueillir de deux choses : ses propres péchés (bienheureuses fautes qui lui valent d’être sauvé par un tel rédempteur, ndlr) et le Christ crucifié" (dont le sacrifice constitue l’évènement central et le plus important de toute l’histoire de l’humanité, ndlr). C’est ce que le Pape François, à la suite de Saint Paul, a expliqué lors de son homélie à Sainte Marthe, jeudi 4 septembre 2014. Vous remarquerez que la rédaction se voit obligé de donner des précisions ...

Puis : "il le dit lui-même : Je me vante seulement de mes péchés [« Je mets mon orgueil dans mes faiblesses », deuxième lettre aux Corinthiens].

http://www.aleteia.org/fr/religion/article/pape-francois-le-christ-et-nos-peches-sont-notre-fierte-5774008951767040

Hélàs !

 Saint Paul dans le chap. 12 de la Deuxième Lettre aux Corinthiens ne parle pas de péchés, mais de faiblesse. Le mot grec utilisé par Paul lui est ἀσθένεια ( astheneia ), qui signifie simplement «faiblesse», et pas «péché». 
 " 9 Ma grâce te suffit, car c'est dans la faiblesse que ma puissance se montre tout entière. " Je préfère donc bien volontiers me 
glorifier de mes faiblesses, afin que la puissance du Christ habite en moi. 
10 C'est pourquoi je me plais dans les faiblesses, dans les opprobres, dans les nécessités, dans les persécutions, dans les détresses, pour le Christ; car lorsque je suis faible, c'est alors que je suis fort."

 

Les faiblesses sont donc les souffrances physiques et spirituelles que saint Paul lui-même, et non pas des listes péchés. Car un chrétien ne peut pas se vanter de son propre péché. Il peut se vanter d'être un «pécheur pardonné" dans le Christ crucifié, mais aussi "transformé" dans le Christ ressuscité. Cela ne le dispense pas de tomber, mais lui permet de revenir à chaque fois: conscient, repenti et pardonné. Et ce n'est pas automatique, non sans être repenti et  mettre de la bonne volonté qui va avec la grâce. 
Attention donc à ne pas tout prendre, de façon dogmatique, ce qui provient de manière pastorale, il se pourrait qu'il y ait risque d'erreur.
Attention aussi de ne pas prendre les propos du Pape de façon légère non plus, de manière à croire qu'il vaut mieux rester dans le silence et de ne plus dire la vérité à son prochain, car personne n'échappera aux comptes que nous rendrons un jour à Dieu ... plus tôt qu'on ne croit .
Bastiano