19 mai 2014

Les Balkans sous les eaux

"On entre en ville avec la peur de ce qu'on pourrait y découvrir"

Dojob ville souillée par le génocide 

"On entre en ville avec la peur de ce qu'on pourrait y trouver " "C'est une catastrophe, un chaos total. Les hélicoptères évacuent femmes et enfants, mais ne peuvent pas prendre tout le monde. Les pilotes racontent que beaucoup de gens leur font des signes depuis les toits d'immeubles"

Tout le monde se souvient des inondations à Lourdes , de la boue , j'avais déjà évoqué un parallèle entre le péché boue de l'âme à ce sujet..

Voila que je vois aux infos, les inondations en Bosnie et Serbie et je ne peux m'empêcher de penser que là aussi, l'eau lave les horreurs.

Quelles horreurs allez vous me dire? celles de la guerre en Yougoslavie et curieusement une des villes touchées avec des morts à été le théâtre de ces horreurs

Il S'agit de Doboj , et que s'est il passé dans cette ville en mai et juin 1992 ? 

un génocide , ni plus ni moins, 2000 à 2500 femmes bosniaques et croates, des enfants ,dans un camp au nord de Doboj ont subie des viols ...

Bien avant le génocide de Srebrenica.

Doboj était stratégiquement important pendant la guerre de Bosnie. Avant la guerre (en 1991), la population de Doboj est composée de 41 164 Bosniaques (musulmans), 39 820 Serbes (orthodoxes), 13 264 Croates (catholiques), 5765 Yougoslaves, et 2536 autres.

En mai 1992, l'occupation de Doboj par les forces serbes ont commencé. Le Parti démocratique serbe a repris l'administration de la ville. Ce qui suivit fut un désarmement de masse et les arrestations de masse par la suite de tous les civils non-serbes (à savoir les Bosniaques et Croates). De nombreux cas de crimes de guerre et de nettoyage ethnique ont été commis par les forces serbes et au moins 1000 bosniaques et croates civils ont été tués dans des massacres sadiques perpétrées par l'armée serbe et les forces paramilitaires. En Juillet 1992, les Bosniaques et les Croates pratiquement disparu de la face de cette ville. Ils ont été persécutés, torturé, beaucoup d'entre eux ont fui volontairement pour trouver la sécurité de la campagne de terreur serbe, mais écrasante majorité ont été parqués dans des trains et envoyés à Bosanski Novi. Là, les Serbes séparé les hommes des femmes, et ont continué à terroriser, violer et tuer bosniaques et croates civils.

Les forces serbes ont été impliqués dans le pillage systématique et la destruction de maisons et bosniaque croates et villages pendant la guerre de Bosnie. Les femmes ont été violées et les civils torturés et tués. Pillages et la destruction des maisons et des biens bosniaques ont eu lieu tous les jours et les mosquées musulmanes bosniaques de la ville ont été détruits. Beaucoup de non-Serbes qui n'ont pas été immédiatement tués ont été détenus à divers endroits dans la ville, soumis à des conditions inhumaines, y compris des passages à tabac réguliers, la torture et le travail forcé épuisant. Une école dans Grabska et l'usine utilisée par la société qui a produit Bosanka confitures et de jus de Doboj a été utilisé comme un camp de viol.Quatre types de soldats différents étaient présents dans les camps de viol, y compris la milice locale serbe, l'armée yougoslave (JNA), les forces de police basés dans la ville serbe occupée de Knin (ou "Marticevci" que leur commandant était Milan Martic) et les membres de le groupe paramilitaire "Aigles blancs" (Beli Orlovi) qui portait un insigne portant trois aigles et une "cocarde" sur leurs chapeaux. L'homme qui a supervisé la détention des femmes dans l'école était Nikola Jorgic, un ancien officier de police à Doboj, qui a été reconnu coupable de génocide en Allemagne et purge actuellement une peine à perpétuité.

Aucune catastrophe ne reste sans explications et je ne crois pas au hasard ...

Tout finira par être passé au feu purificateur en son temps ...en attendant , les quatre éléments, aux ordres, jouent leur rôle pour purifier la terre de ses pécheurs .

Tout est clair finalement , qui veut y voir le naturel et non les permissions surnaturelles, et bien qu'il continue à fermer les yeux.

Pour autant n'oublions ni de prier pour les âmes, ni oublier de réparer pour calmer la colère divine qui semble t-il lève sa main de plus en plus et cesse de bénir devant le rejet de son existence laissant place aux malheurs ...

C'est mon point de vue 

Bastiano