26 avril 2014, samedi

Aussi incroyable que cela puisse paraître, mais hélas vrai, je viens de lire ce que le P. Cantalamessa, prédicateur du Vatican, vient de dire lors du sermon prononcé par ses soins vendredi Saint dernier ! Je vous laisse découvrir quelques extraits significatifs que je qualifierais de dérive évangélique ...

Certes accordons lui que tous , nous avons un jour ou l'autre trahi Jésus, en péchant envers lui ou notre prochain, et prions pour ne plus retomber dans cette faute, mais tout de même qui peut dire qu'un démon est notre frère ?

Vous me direz que j'y vais fort ? Mais ce n'est pas moi qui le dit, les évangiles le font dire de Jésus lui-même.

Mais lisons ce que dit le P. Cantalamessa :

" L'évangile décrit la fin horrible de Judas: « Alors, en voyant que Jésus était condamné, Judas, qui l’avait livré, fut pris de remords ; il rendit les trente pièces d’argent aux grands prêtres et aux anciens. Il leur dit : « J’ai péché en livrant à la mort un innocent. » Ils répliquèrent : « Que nous importe ? Cela te regarde ! » Jetant alors les pièces d’argent dans le Temple, il se retira et alla se pendre » (Mt 27, 3-5). Mais ne portons pas de jugement hâtif. Jésus n’a jamais abandonné Judas et personne ne sait où il est tombé au moment il s’est lancé de l’arbre, la corde au cou: si c’est dans les mains de Satan ou dans celles de Dieu. Qui peut dire ce qui s’est passé dans son âme à ces derniers instants ? « Ami », avait été le dernier mot de Jésus à son égard dans le jardin des oliviers et il ne pouvait l’avoir oublié, tout comme il ne pouvait avoir oublié son regard."

Et plus bas, voilà qu'il cite en exemple l'homélie de Don Primo Mazzolari qu'il  prononça un Jeudi Saint sur « Notre frère Judas » est restée célèbre ..

Tout en relativisant il maintient ou laisse planer le doute quant à la damnation de Judas, ce qui arrangera les gnostiques et autres adeptes du new age ...

" Il est vrai qu’en parlant de ses disciples au Père, Jésus avait dit de Judas: « Aucun ne s’est perdu, sauf celui qui s’en va à sa perte » (Jn 17, 12), mais ici, comme dans tant d’autres cas, il parle dans la perspective du temps et non de l’éternité. L’autre parole terrible dite sur Judas: « Il vaudrait mieux pour lui qu’il ne soit pas né, cet homme-là ! » (Mc 14, 21) s’explique elle aussi par l’énormité du fait, sans besoin de penser à un échec éternel. Le destin éternel de la créature est un secret inviolable de Dieu. L'Église nous garantit qu’un homme ou une femme proclamés saints sont dans la béatitude éternelle; mais d’aucun celle-ci ne sait s’il est certainement en enfer."

Voyez comme le vrai est mêlé avec d'autres interprétations douteuses, alors que nous avons des certitudes !

 " Voilà à quoi l’histoire de notre frère Judas doit nous pousser: à nous rendre à celui qui volontiers pardonne, à nous jeter nous aussi dans les grands bras du crucifié. Dans l’histoire de Judas, ce qui importe le plus , ce n’est pas sa trahison, mais la réponse que Jésus lui donne"

Certes ...Je vous laisse découvrir son homélie ou sont à la fois semé le Bon grain et l'ivraie ...

Et maintenant voici des extraits de l 'evangile et des actes ...

24 Et ils firent cette prière : " Vous, Seigneur, qui connaissez le cœur de tous, indiquez lequel de ces deux vous avez choisi 
25 pour occuper dans ce ministère de l'apostolat, la place dont Judas s'est retiré pour s'en aller en son lieu. " 
26 Puis ils leur donnèrent des sortes, et le sort tomba sur Matthias, qui fut élu pour être avec les onze Apôtres.

De quel lieu parle t-on ? 

Plus haut le P. Cantalamessa le dit lui-même : Jésus avait dit de Judas: « Aucun ne s’est perdu, sauf celui qui s’en va à sa perte » (Jn 17, 12),

Nous découvrons de façon aisée que Judas ne sera pas au Paradis,  parce que quand Jésus Christ faisait la demande pour ses  Disciples, ( que tous soient un  chapitre 17 St Jean v 17/24 ) Judas était déjà parti vendre le Christ-Jésus (Jean 13 v 28 à 31).

Et voici pourquoi je disais plus baut que l'on ne peut pas appeler un damné " frère " :

Jean 6 v 70 à 71, il est écrit: « Jésus leur répondit: N’est-ce pas moi qui vous ai choisis, vous les douze ? Et l’un de vous est un démon ! Il parlait de Judas Iscariote fils de Simon ; car c’est lui qui devait le livrer, lui, l’un des douze ».

Ainsi, pour en revenir à mon titre en tête , nous savons par l' évangile, que l'Esprit Saint a rappelé aux apôtres, où se trouve Judas pour avoir manqué de confiance en la Miséricorde, parce que tout ayant été appelé " ami " Par jésus au jardin de gethsémani, jardin des oliviers d'où coule l'huile de la miséricorde, car il avait quelques temps partagé la vie de Jésus, il a fini par commettre le péché de désespérance en la Miséricorde Divine  qui est un péché non pardonné.

Aussi comment se fait-il que le prédicateur officiel du Vatican, devant un parterre de Prêtres en la Basilique Saint Pierre, puisse parler en ces termes sans qu'aucun ne sourcille ? 

Les damnès ne sont pas nos Frères en Jésus Christ !

Incroyable ...

Dieu Saint, Dieu fort, Dieu éternel, soyez miséricordieux pour nous et pour le monde entier !

Miséricorde Divine ! Que nous demanderons et fêterons demain, pour les âmes qui se perdent, afin qu'elles ne désespèrent pas .

Dimanche de canonisations ...

Dimanche de la résurrection.

Dimanche demandé à Sainte Faustine.

Dimanche in Albis dans le rite extraordinaire , dont le souvenir est fixé à Saint Pancrace, jeune chrétien qui poussa la  fidélité à ses convictions jusqu'au témoignage du sang.

Heureux ceux qui croient sans avoir vu !

  source : http://www.cantalamessa.org/?p=2347&lang=fr

Bastiano.