2 mars 2014

Parce que tout catholique lambda de bonne volonté se doit de connaitre l'enseignement, fusse t-il traditionnel, je vous propose ceci afin de mieux comprendre et ne pas être égaré ...

Une amie vient de me signaler que l'Abbé qui a signé ce texte était sédevacantiste , aussi son nom n'apparaitra pas au bas de ce texte , et je ne laisserais que ce qui concerne la Papauté et son rôle avec références passées de Papes et du concile Vatican I .

La dévotion à la Papauté – à savoir l’amour, l’obéissance, le respect à rendre au Vicaire de Notre Seigneur Jésus Christ sur la terre, au Pape représentant du Christ et successeur de Saint Pierre – n’est en aucun cas un élément facultatif pour un Catholique, mais bien au contraire un dogme de la Foi Catholique, nécessaire au salut :

  • « Vous êtes Pierre, et sur cette pierre Je bâtirai Mon Église, et les portes de l’enfer ne prévaudront point contre elle » (Mat XVI, 18)

  • « Toute puissance M’a été donnée au ciel et sur la terre. Allez donc, enseignez toutes les nations, baptisez-les au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit. Enseignez-leur à garder tout Mes commandements. Pour Moi, Je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde » (Mat XVIII, 19-20).

  • « Simon, Simon, voici que Satan a demandé à vous passer au crible comme du froment. Mais Moi, J’ai prié pour vous, afin que votre foi ne défaille point. Et vous, une fois revenu, confirmez vos frères » (Lc XXII, 31-32).

  • « Celui qui vous écoute M’écoute, et celui qui vous rejette Me rejette; or celui qui Me rejette, rejette Celui qui M’a envoyé » (Lc X, 16).

Le Pape doit garder le dépôt de la Foi, le dépôt de la Révélation clos à la mort de Saint Jean, le dernier des Apôtres : « Car le Saint-Esprit n’a pas été promis aux successeurs de Pierre pour qu’ils fassent connaître sous Sa révélation une nouvelle doctrine, mais pour qu’avec Son assistance ils gardent saintement et exposent fidèlement la Révélation transmise par les apôtres, c’est-à-dire le dépôt de la foi » (Pastor Aeternus, Vatican I).

Le rôle du Pape

Le Pape est donc celui que le Christ a chargé de garder le Magistère, ce dépôt qui est l’ensemble des vérités que Notre-Seigneur Jésus-Christ a révélées, et celles que les Prophètes avant Lui, les Apôtres après Lui, ont enseignées sous l’inspiration du Saint Esprit. La soumission au Pontife Romain est, pour toute créature humaine, absolument nécessaire au salut : « Dans cette unique Église du Christ, personne ne demeure, si, par son obéissance, il ne reconnaît et n’accepte l’autorité et le pouvoir de Pierre et de ses légitimes successeurs » (Pie XI,Mortalium animos). Le chef de l’Église est Jésus-Christ qui demeure dans le Ciel et qui continue à maintenir Son Église dans son être, dans sa structure, dans sa mission. Notre-Seigneur gouverne par le Pape, mais c’est le Christ qui gouverne.

L’infaillibilité de l’Église

L’Église ne révèle rien du tout, mais peut garantir infailliblement que telle vérité fait partie du dépôt révélé, que telle autre lui est nécessairement liée, que telle proposition n’est pas compatible avec la foi ; elle peut aussi montrer que cette vérité concerne tel domaine, qu’elle doit s’entendre de telle manière. Elle peut condamner telle proposition comme directement ou indirectement contraire à la Révélation divine.

Le Magistère ordinaire et universel présente infailliblement l’objet de la foi, et tout fidèle doit croire de foi divine tout ce qui y est présenté comme révélé. L’Église est appelée infaillible dans sa discipline dans le sens que dans ses lois disciplinaires il ne peut rien se trouver qui soit opposé l’Église soit infaillible dans sa discipline à la foi, aux bonnes mœurs ou qui puisse agir au détriment de l’Église ou au préjudice des fidèles.

«La mission de l’Église est de conserver intègre la foi et de mener les peuples au salut en leur apprenant à observer tout ce que le Christ a ordonné. Mais si en matière disciplinaire elle pouvait stipuler, imposer ou tolérer ce qui est contraire à la foi ou aux mœurs, ou ce qui tournerait au détriment de l’Église ou au préjudice des peuples, l’Église pourrait dévier de sa mission divine, ce qui est impossible. Jésus-Christ a institué dans l’Église un magistère vivant, authentique et, de plus, perpétuel, qu’Il a investi de Sa propre autorité, revêtu de l’esprit de vérité, confirmé par des miracles ; et Il a voulu et très sévèrement ordonné que les enseignements doctrinaux de ce magistère fussent reçus comme les Siens propres» (Léon XIII, Satis Cognitum).

Lorsque l’Église – soit par un jugement solennel, soit dans l’exercice de son magistère ordinaire et universel – déclare quelle est la loi divine, elle est doctrinalement infaillible : ce qu’elle enseigne est vraiment la loi divine révélée directement ou indirectement par Dieu.

L’infaillibilité du Pape

Le Pape est Vicaire du Christ sur la terre. Tout Catholique doit donc croire les points de doctrine suivants :

  • Le Pape jouit de l’assistance habituelle du Saint-Esprit pour le gouvernement de l’Église de telle sorte qu’on peut dire que son gouvernement est celui de Jésus-Christ

  • Le Pape jouit de l’assistance absolue du Saint-Esprit pour les cas dont l’infaillibilité est garantie : infaillibilité doctrinale de l’enseignement ex cathedra – infaillibilité doctrinale lorsqu’il s’adjoint l’ensemble des évêques -infaillibilité pratique (et donc indirectement doctrinale) dans la promulgation des lois de l’Église universelle, la reconnaissance des ordres religieux, la canonisation des saints, la constitution des rites liturgiques…

  • Le Pape est la source de toute juridiction dans l’Église.

Le Pape en tant que Vicaire du Christ parle au nom de Dieu : «Est à croire de foi divine et catholique tout ce qui est contenu dans la Parole de Dieu ou écrite ou transmise, et que l’Église, soit par un jugement solennel, soit par son magistère ordinaire et universel, propose à croire comme divinement révélé» (Vatican I, Dei Filius).

«Toutes les fois donc que la parole de ce Magistère déclare que telle ou telle vérité fait partie de l’ensemble de la doctrine divinement révélée, chacun doit croire avec certitude que cela est vrai ; car si cela pouvait en quelque manière être faux, il s’ensuivrait, ce qui est évidemment absurde, que Dieu Lui-même serait l’auteur de l’erreur des hommes» (Léon XIII, Satis Cognitum).

« Nous enseignons et définissons que c’est un dogme divinement révélé que le Pontife romain, lorsqu’il parle ex Cathedra, c’est-à-dire lorsque, remplissant la charge de pasteur et docteur de tous les chrétiens, en vertu de sa suprême autorité apostolique, il définit une doctrine sur la foi ou les mœurs à tenir par l’Église universelle, jouit pleinement, grâce à l’assistance divine qui lui a été promise dans la personne du bienheureux Pierre, de cette infaillibilité dont le divin Rédempteur a voulu que Son Église fût pourvue quand elle définit une doctrine concernant la foi ou les mœurs ; et par conséquent que de telles définitions du Pontife romain sont, par elles-mêmes et non en vertu du consentement de l’Église, irréformables » (Vatican I, Pastor Aeternus).

« Nous déclarons, disons, définissons et prononçons que la soumission au Pontife Romain est, pour toute créature humaine, absolument nécessaire au salut » (Boniface VIII, Unam sanctam)

Cette infaillibilité du Pape dans son magistère ordinaire et extraordinaire est la Foi de l’Église. Cet enseignement ne peut changer car il est divin : l’Église est une, sainte, catholique et apostolique jusqu’à la fin des temps. L’intention habituelle de procurer le bien de l’Église est condition nécessaire pour qu’un sujet élu pape reçoive communication de l’autorité pontificale qui le fait être avec Jésus-Christ, et tenir le rôle de Son Vicaire sur la terre.

 

bastiano