5 février 2014

Catéchisme 1992 :

Sanctifier les dimanches et jours de fête exige un effort commun. Chaque chrétien doit éviter d’imposer sans nécessité à autrui ce qui l’empêcherait de garder le jour du Seigneur. Quand les coutumes (sport, restaurants, etc.) et les contraintes sociales (services publics, etc.) requièrent de certains un travail dominical, chacun garde la responsabilité d’un temps suffisant de loisir. Les fidèles veilleront, avec tempérance et charité, à éviter les excès et les violences engendrées parfois par des loisirs de masse. Malgré les contraintes économiques, les pouvoirs publics veilleront à assurer aux citoyens un temps destiné au repos et au culte divin. Les employeurs ont une obligation analogue vis-à-vis de leurs employés.

Selon Saint Pie X :

Catéchisme St Pie X

Quelles sont les œuvres serviles défendues les jours de fête ?

Les œuvres serviles défendues les jours de fête sont les travaux dits manuels, c’est-à-dire les travaux matériels auxquels le corps a plus de part que l’esprit, comme ceux que font ordinairement les serviteurs, les ouvriers et les artisans.

Quel péché commet-on en travaillant les jours de fête ?

En travaillant les jours de fête on commet un péché mortel ; cependant si le travail dure peu de temps, il n’y a pas de faute grave.

N’y a-t-il aucune œuvre servile qui soit permise les jours de fête ?

Les jours de fête sont permis les travaux nécessaires à la vie ou au service de Dieu et ceux qu’on fait pour une cause grave, en demandant, s’il se peut, la permission à son curé.

Pourquoi les œuvres serviles sont-elles défendues les jours de fête ?

Les œuvres serviles sont défendues, les jours de fête, pour que nous puissions mieux nous occuper au culte divin et au salut de notre âme, et pour que nous nous reposions de nos fatigues. Aussi il n’est pas défendu de se livrer à d’honnêtes amusements.

Quelles autres choses devons-nous éviter surtout les jours de fête ?

Les jours de fête nous devons éviter par dessus tout le péché et tout ce qui peut nous porter au péché, comme les amusements et les réunions dangereuses.

 

Aie !

Dans la série "Bastiano empêcheur de ronronner",  je dis Stop à la facilité qui débouche sur des péchés ...et oui...je vais vous expliquer mon point de  vue .

Lorsque j'entends ou lis, de la part de clercs ou laïcs fatigués par avance , que la messe du samedi est équivalente à celle du  Dimanche sous prétexte que ...les lectures de 18h sont les mêmes que celle du lendemain à 10h .... je me rappelle tout autre chose personnellement , pas vous?

Et Quoi donc? Si votre Père est mort un Dimanche et né au ciel ce même jour , irez vous visiter sa tombe ou priez plus particulièrement un autre jour, certes vous le pourriez mais sa date anniversaire ne prends t-elle pas  toute son importance ?

Fêteriez vous un 15 l'anniversaire d'un de vos proches alors que la date était  la veille ? Chipotage ? peut-être, car aujourd'hui les convenances bof ... cela n'est pas si important après tout, hier ou demain ...

Certes mais là, nous ne sommes pas dans le domaine pratique, mais spirituel.

Or, si ma mémoire est bonne, la Résurrection de Notre Seigneur s'est passé non pas le samedi à 18h mais au matin très tôt du Dimanche ...le 6ème jour étant le samedi , mais Dieu s'est reposé le 7 eme jour et nous, catholiques célébrons ce jour là , premier de la semaine depuis toujours ...

puisqu'à Rome, vient - t-on de m'apprendre , l'on recommande de lire la Bible pour les chrétiens pour soutenir sa Foi, ou le coran pour les musulmans , je  recommande donc aux oublieux , de la relire , ils se rappelleront  bien que non pas le samedi l'on rompait le pain, mais le Dimanche, le samedi étant le jour des juifs , comme le vendredi celui des musulmans.

Nous, nous sommes dans la Lumière du Soleil ( en effet en anglais dimanche = sunday jour du soleil ), je me demande d'ailleurs si ca n'est pas pour cela qu'ils sont encore dans les ténèbres ...

Alors pourquoi les catholiques reviennent ils dans les ténèbres puisque le Soleil qui donne la vie est célébré le Dimanche?

D'autant plus que Du Saint curé D'Ars en passant par les apparitions de ls Sainte Vierge, nous avons des répères nous demandant d'aller a à la messe le Dimanche , car tout catholique doit sanctifier le Jour du Seigneur .

Pourquoi , à l'heure ou nous devons plus nous sacrifier , faire pénitence , préférons nous cet arrangement afin d nous permettre de vaquer plus librement le Dimanche ? puisque le Dimanche le travail est défendu par l'Eglise ( cas particulier  n'étant pas généralité ... )

Le jour du Seigneur est Saint parce que Dieu l'a rendu Saint , c'est le jour ou s'efface le temps pour entrer dans celui de Dieu, si ce jour n'est pas respecté et sanctifié , inutile de répéter " Cherchez d 'abord le royaume des Cieux et sa Justice " ( Mat 6/ 33 )

 

Encourager les gens sous prétexte qu'en semaine , ils n'ont pas le temps , d'aller faire du shopping , ou du sport ou que sais je , c'est contribuer à détruire le dimanche chrétien ...et à mon humble avis sera réprimandé par le ciel , ça aucune urgence n'est un excuse, d'autant plus que le dimanche dès 8h su matin et parfois même en après midi il y a messe par endroits ... Ah Certes,  le match de foot- ball du petit, ou le pique nique prévu, ou la journée au ski est morte ... Mais qui vous dit que vous aurez le temps ensuite de remettre de l'ordre dans votre vie et celles de vos enfants en vous,et les privant des grâces du ciel? 

Bien sûr, pour les métiers de  services d'urgence , ça n'est pas pareil mais , rien n'empêche cependant de sanctifier ce jour , dans la Charité, la prière, y compris celle de réparation pour les catholiques devenus païens et faisant des achats ce jour là entre autre , consciemment ou pas .

Vous honorerez donc d'autant plus le Seigneur en délaissant la messe du samedi soir pour raison de commodité, et vous sanctifierez plus en privilégiant le Dimanche .

Le Dimanche est le jour du Seigneur , sans lui nous ne pouvons pas vivre , c'est à dire le jour ou nous pouvons puiser la Force en Jésus , en état de Grâce , sinon nous nous croyons vivants, alors que nous sommes morts spirituellement ...

 

Bastiano