30 janvier 2014

Les commandements de Dieu



1. Le premier commandement.

Pourquoi est-il dit au commencement: «Je suis le Seigneur ton Dieu»?
En tête des commandements il est dit: «Je suis le Seigneur ton Dieu» pour que nous sachions que Dieu, étant notre Créateur et Seigneur, peut nous commander ce qu’il veut et que nous, ses créatures, nous sommes tenus de lui obéir.

Qu’est-ce que Dieu nous ordonne par les paroles du premier commandement: «Tu n’auras pas d’autre Dieu en ma présence»?
Par les paroles du premier commandement: «Tu n’auras pas d’autre Dieu en ma présence», Dieu nous ordonne de reconnaître, d’adorer, d’aimer et de servir Lui seul comme notre souverain Seigneur.

Comment accomplit-on le premier commandement?
On accomplit le premier commandement par l’exercice du culte intérieur et du culte extérieur.

Qu’est-ce que le culte intérieur?
Le culte intérieur est l’honneur que l’on rend à Dieu avec les seules facultés de l’esprit, c’est-à-dire avec l’intelligence et la volonté.

Qu’est-ce que le culte extérieur?
Le culte extérieur est l’hommage que l’on rend à Dieu au moyen d’actes extérieurs et d’objets sensibles.

 Ne suffit-il pas d’adorer Dieu intérieurement dans son coeur?
Non, il ne suffit pas d’adorer Dieu intérieurement dans son coeur; il faut l’adorer aussi extérieurement, avec son esprit comme avec son corps, parce qu’il est le Créateur et le Seigneur absolu de l’un et de l’autre.

 Le culte extérieur peut-il subsister sans le culte intérieur?
Non, le culte extérieur ne peut absolument pas subsister sans le culte intérieur, parce que s’il n’en est pas accompagné, il reste privé de vie, de mérite et d’efficacité, comme un corps sans âme.

Que nous défend le premier commandement?
Le premier commandement nous défend l’idolâtrie, la superstition, le sacrilège, l’hérésie et tout autre péché contre la religion.

Qu’est-ce que l’idolâtrie?
On appelle idolâtrie le fait de rendre à quelque créature, par exemple à une statue, à une image, à un homme, le culte suprême d’adoration qui n’est dû qu’à Dieu seul.

Comment se trouve exprimée cette défense dans la Sainte Écriture?
Dans la Sainte Écriture, on trouve cette défense exprimée par les mots: «Tu ne feras pas de sculpture, ni aucune représentation de ce qui est là-haut dans le ciel et ici-bas sur la terre. Et tu n’adoreras pas ces choses, tu ne leur rendras aucun culte».

Ces paroles défendent-elles toutes sortes d’images?
Non, certainement; mais seulement celles des fausses divinités, faites dans un but d’adoration, comme faisaient les idolâtres. Cela est si vrai que Dieu lui-même commanda à Moïse d’en faire quelques-unes, comme les deux statues de chérubins qui étaient sur l’arche et le serpent d’airain dans le désert.

Qu’est-ce que la superstition?
On appelle superstition toute dévotion contraire à la doctrine et à l’usage de l’Église, comme aussi le fait d’attribuer à une action ou à une chose quelconque une vertu surnaturelle qu’elle n’a pas.

Qu’est-ce que le sacrilège?
Le sacrilège est la profanation d’un lieu, d’une personne ou d’une chose consacrée à Dieu et destinée à son culte.

Qu’est-ce que l’hérésie?
L’hérésie est une erreur coupable de l’intelligence par laquelle on nie avec obstination quelque vérité de la foi.

Quelles autres choses défend le premier commandement?
Le premier commandement nous défend encore d’avoir commerce avec le démon et de nous agréger aux sectes antichrétiennes.

Celui qui recourrait au démon ou l’invoquerait commettra-t-il un grave péché?
Celui qui recourrait au démon ou l’invoquerait commettrait un péché énorme, parce que le démon est le plus pervers des ennemis de Dieu et de l’homme.

Est-il permis d’interroger les tables qu’on appelle «parlantes» ou «écrivantes», ou de consulter de quelque façon que ce soit les âmes des trépassés par le spiritisme?
Toutes les pratiques du spiritisme sont défendues, parce qu’elles sont superstitieuses et que souvent elles ne sont pas exemptes d’intervention diabolique: aussi ont-elles été justement interdites par l’Église.

Le premier commandement défend peut-être d’honorer et d’invoquer les anges et les saints?
Non, il n’est pas défendu d’honorer et d’invoquer les anges et les saints; nous devons même le faire, parce que c’est une chose bonne, utile et hautement recommandée par l’Église, car ils sont les amis de Dieu et nos intercesseurs auprès de lui.

Puisque Jésus-Christ est notre unique Médiateur auprès de Dieu pourquoi recourons-nous aussi à l’intercession de la très Sainte Vierge et des saints?
Jésus-Christ est notre Médiateur auprès de Dieu, parce que, étant vrai Dieu et vrai homme, lui seul en vertu de ses propres mérites nous a réconciliés avec Dieu et nous obtient de lui toutes les grâces. Mais la Sainte Vierge et les saints, en vertu des mérites de Jésus-Christ et par la charité qui les unit à Dieu et à nous, nous aident par leur intercession à obtenir les grâces que nous demandons. Et c’est là un des grands biens de la communion des saints.

Pouvons-nous aussi honorer les saintes images de Jésus-Christ et des saints?
Oui, parce que l’honneur que l’on rend aux saintes images de Jésus-Christ et des saints est rapporté à leurs personnes mêmes.

Et les reliques des saints peut-on les honorer?
Oui, on doit aussi honorer les reliques des saints, parce que leurs corps furent les membres vivants de Jésus-Christ et les temples du Saint-Esprit, et qu’ils doivent ressusciter glorieux à une vie éternelle.

Quelle différence y a-t-il entre le culte que nous rendons à Dieu et le culte que nous rendons aux saints?
Entre le culte que nous rendons à Dieu et le culte que nous rendons aux saints il y a cette différence que Dieu, nous l’adorons pour son excellence infinie; les saints au contraire, nous ne les adorons pas, mais nous les honorons et nous les vénérons comme les amis de Dieu et nos intercesseurs auprès de Lui. Le culte que nous rendons à Dieu s’appelle «culte de latrie» c’est-à-dire l’adoration, et le culte que nous rendons aux saints s’appelle «culte de dulie» c’est-à-dire de vénération pour les serviteurs de Dieu; enfin le culte particulier que nous rendons à la très Sainte Vierge s’appelle «culte d’hyperdulie» c’est-à-dire de vénération toute spéciale, comme pour la Mère de Dieu.

Catéchisme de Saint Pie X

Bastiano