20 décembre 2013

Un autre constat malheureux est la notion de péché, la plupart en ont perdu le sens , c'est ce que disait Conchita à propos de la nécessité de l'Avertissement, qui, dit-elle, si elle ne connaissait pas la teneur du châtiment à venir , croirait que l'avertissement est le châtiment ...

A ce mot beaucoup trop de fidèles encore aujourd'hui montent le ton, se rebellent contre la possibilité d'un Dieu qui puisse "corriger" parfois durement sa création, quand celle-ci se détourne de Lui ...

D'autres encore pensent que la Miséricorde divine, la comprenant mal, passera si je puis dire, l'éponge et effacera l'ardoise ou sont inscrits tous nos actes mauvais, en pensée, en action ou par omission , sans que nous ayons à satisfaire et réparer ...

Ceci est sûrement le fruit d'un laxisme de la part de ceux qui ont charge d'âmes, mais aussi très souvent d'un faux concept , et d'une religiosité à la carte bien arrangeante pour la conscience de certains et certaines.

D'autres encore se disent sincères , le tout venant du coeur , confondant ainsi, sincérité et vérité.

Aussi, comme notre devoir est de reprendre nos frères qui sont dans ses erreurs, j'ai choisi de rappeler certains points de l'Enseignement qui n'est plus ou peu donné en nourriture .

Le Sacrement de Pénitence a été institué par Notre Seigneur Jésus Christ pour effacer nos péchés commis après le Baptême :

" Recevez le Saint Esprit, ceux à qui vous remettrez leurs péchés, ils seront remis, ceux à qui vous les retiendrez, seront retenus " ( Jean XX,22 )

Ce Sacrement est donc essentiel au pécheur , de la même façon qu'un malade a besoin de médicaments pour soigner sa maladie , et selon l'importance du péché il faudra des mesures à prendre , question de vie ou de mort ... la tumeur doit être enlevée , pour que le malade retrouve sa santé , dans notre cas, spirituelle.

Sous peine de sacrilège , la contrition, l'accusation, la réparation ( au moins de tous les péches mortels ) sont nécessaires pour la validité de la confession, si quelqu'un nie que ces trois actes sont nécessaires pour la pleine et parfaite rémission des péches , qu'il soit anathème, ordonnait le concile de Trente !

Faire pénitence, comme le demande la Sainte Vierge dans plusieurs apparitions , notamment à Garabandal qu'est-ce?

C'est la seconde planche après le naufrage disait Saint Jérôme ...C'est pleurer les péches commis, et ne plus commettre d'actes qu'on doive pleurer.

Quant à l'adulte qui a des péchés actuels consistant dans un désordre de l'inclination de la volonté, ses péchés ne seront pas remis tant que son désir de faire pénitence, ne se prononce pas .

Espérer un demi-pardon de Celui qui est  le Juste et la Justice, c'est une impiété qui tient de l'infidélité ...

Il y a deux formes de pénitence:

La pénitence intérieure qui nous fait pleurer les péchés commis, elle dure toute la vie , nous devons regretter nos péchés toute notre vie, est-ce le cas? 

La pénitence extérieure ce sont les signes extérieurs de notre péché, confesser oralement au prêtre qui les absout ( et ne pas tomber dans le piège des absolutions collectives !)  et satisfaire à la volonté du confesseur, selon la gravité du péché elle a un temps déterminé.

Il y a trois parties dans la Pénitence :

La contrition, la confession, et la satisfaction.

La contrition est la douleur des péchés commis avec la ferme volonté de ne plus les commettre à l'avenir , douleur volontaire du péché par lequel le pénitent se châtie en lui-même ce qu'l regrette d'avoir commis , une peine de l'âme face au péché commis, venant du souvenir du péché et de la crainte du jugement , une humilité d'esprit anéantissement du péché entre espérance et crainte .Commencer une nouvelle vie en détestant son passé de pécheur.

Elle peut être parfaite : par pur amour de Dieu

Servile : on garde le désir de péché, ce qui rend la confession nulle 

Imparfaite : quand on regrette par peur des châtiments de Dieu en cette vie ou l'autre , mais suffisante pour faire une bonne confession.

Douleur : interne ( venant du fond du coeur )

                 Surnaturelle : ( fruit de la Grâce actuelle de Dieu )

                  Universelle : pour tous les péches

                  Souveraine:  l'amour de charité, sur lequel est fondé la douleur de contrition est  le plus grand des amours 

Ferme propos de ne plus recommencer et d'éviter les occasions de chutes.

Accusation :

Confesser au Prêtre tous les péches mortels depuis la dernière confession , sans tomber bien sûr dans les scrupules;

Le nombre de péchés graves, leurs espèces, leurs circonstances. En effet si le malade a peur de dévoiler ses blessures , le médecin ne pourra pas donner le médicament approprié .

Réparation :

Concile de Trente : Si quelqu'un dit que toute la peine est toujours pardonnée par Dieu, et que la satisfaction fournie par le pénitent n'est rien d'autre que la Foi par laquelle il reconnaît que le Christ à déjà satisfait pour lui : Qu'il soit anathème !

Les châtiments de cette vie nous purifient et sont satisfactoires, si donc le patient auquel Dieu inflige des châtiments les faits siens, de quelque façon, ils reçoivent le caractère de satisfaction, en tant qu'il les accepte pour purification et avec patience.

Si au contraire il proteste, avec impatience, contre ces châtiments ( actuels ou à venir ) il ne les fait pas siens, et donc n'ont aucun caractère de satisfaction, bien qu'ils soient communs aux bons comme aux mauvais , tout dépend de la façon dont ils sont reçus : ils purifient les bons ou rendent les plus mauvais coupables par impatience.

Les oeuvres satisfactoires sont l'aumône , le jeûne, la prière .

La satisfaction doit être telle, qu'elle nous enlève quelque chose au profit de l'honneur de Dieu.

Nous n'avons que trois biens , ceux de l'âme, ceux du corps, ceux de la fortune ou bien extérieurs .

Nous enlevons quelque chose de bien, donc par l'aumône 

Du bien du corps par le jeûne

De  l'âme en se soumettant à Dieu par la prière , car nous ne devons pas toucher aux biens en elle dans son essence. 

Fraternellement

Bastiano