11 Décembre 2013

Dans la foulée, vous ayant expliqué ce qui s'est passé à Mende où j'ai parlé de la fin des temps annoncée par N D du Mont Carmel, voici l'article du Pape aujourd'hui parlant à son tour de cette fin des temps et citant , comme je l'avais fait Saint Matthieu ...

« Si nous nous fermons à l’amour de Jésus, a poursuivi le Pape, nous nous condamnons nous-mêmes, nous sommes condamnés par nous-mêmes . Selon le Pape, « le salut c’est de nous ouvrir à Jésus qui nous sauve ». « Et cela même si nous sommes pécheurs, et nous le sommes tous ».

« Demandons pardon et allons de l’avant en pensant à ce jugement. De l’avant, en faisant que notre cœur soit ouvert. De l’avant, sans peur : l’amour de Jésus est plus grand, il nous pardonne, allons de l’avant avec cette certitude », a exhorté le Pape. Nous ne devons pas avoir peur de mourir « parce que le Seigneur nous sauve » mais « nous devons nous ouvrir, nous repentir, regretter les mauvaises choses que nous avons faites, et ce sera très beau ».

« Le Jugement dernier, a encore expliqué le Pape, est déjà en cours, il commence maintenant au cours de notre existence, il est prononcé chaque jour ». « C’est Jésus lui-même, dans l’Evangile de Matthieu, a ajouté le Pape, qui nous annonce qu’à la fin des temps, ceux qui l’auront suivi prendront place dans sa gloire, pour juger avec Lui ».

voici le texte adressé aux pèlerins de langue française :

« Chers Frères et sœurs, lorsque nous pensons au retour du Seigneur et au jugement final, nous nous trouvons face à un mystère qui nous dépasse.

N’ayons aucune peur, car ce sera le moment où nous serons jugés prêts à être revêtus de la gloire du Christ et à être conduits à la pleine communion avec Dieu.

Nous ne serons pas laissés seuls. Jésus nous dit qu’à la fin des temps, ceux qui l’auront suivi prendront place dans sa gloire pour juger avec lui. Il est beau de savoir qu’en plus du Christ, nous pourrons compter sur l’intercession et la bienveillance de nombreux frères et sœurs qui nous ont précédés sur le chemin de la foi. Enfin, nous savons aussi que le jugement est déjà en acte dans le cours de notre existence, mettant en jeu notre responsabilité, comme réponse à notre accueil du salut ou à notre incrédulité et à notre fermeture sur nous-mêmes.»

http://www.news.va/fr/news/le-pape-nayons-pas-peur-du-jugement-dernier

Bastiano