15 juillet 2013

J'en viens au dernier message du 14 décembre 1996

" Cessez, cessez car ma patience est à bout, Je vous le dis, les prières et les larmes de Ma Mère n'y suffiront plus "

Que la patience de Notre Seigneur, soit à bout, à la lumière de ce que vous avez lu précédemment, cela se comprend, l'Eglise, les églises, l'humanité toute entière se perd en suivant d'autres routes.

Notre maman qui prie et pleure pour nous, à cause de nous, ne pourra plus retenir le bras de son fils.

Je repense à son message du 15 juin 1993 : " Voici venir le temps ou mes petits enfants ne pourront plus porter le poids de leur iniquité " Nos pêchés seront tellement importants aux yeux de Dieu, que pour nous en délivrer sa justice doit opérer! Et justement notre Sainte Mère dit plus loin : 

" Priez pendant qu’il est encore temps, afin d’apaiser la colère de mon fils "

C'est à dire afin que sa justice, qui nous frappera, se calme, soit écourtée. Et cette justice ayant l’aval de son père, Il Lui demande plus haut, dans une prière :

" Oh mon Père! Combien de sang et de larmes vont couler! Abrège les souffrances de ton peuple mené par des loups furieux, oui Mon Père, abrège, au nom de ton amour miséricordieux ce qui arrive, sinon pas un ne résistera "

" Vous souvenez-vous de ceux qui étaient dans les grottes à ma vue ? "

Dans l’ancien testament déjà, les prophètes avertissant le peuple et les prêtres de leur mauvaise conduite, ils se cachaient dans les montagnes.

Dans l'apocalypse 6- verset 15-17, j’ai compris ce que mon Jésus voulait dire et même à partir du verset 13, Il parle des étoiles du ciel qui comme un figuier laisse tomber ses fruits verts quand il est secoué par un grand vent. Le figuier dans le nouveau testament, Il le maudit et il se dessèche.

Les étoiles du ciel, au deuxième degré de compréhension, sont les prêtres qui étant devenu " terrestres " donnent des fruits verts, c'est-à-dire des rejetons de leur enseignement, amers et non sucrés, et non doux comme le miel aux yeux de Dieu. Car un vent de rébellion souffle, le souffle de l' Antéchrist viendra balayer les bons fruits.

Et au verset 15 : tous y compris les rois de la terre, les potentats, les capitaines, les riches, les puissants, tous les esclaves, et tous les hommes libres, allèrent se cacher dans les cavernes et dans les rochers des montagnes et ils disaient aux montagnes et aux rochers: " tombez sur nous et dérobez- nous à la vue de Celui qui est assis sur le trône et à la colère de l'agneau (le Père et le Fils). Car il est arrivé, le grand jour de leur colère (à tous les deux) et qui pourrait subsister ?

 

Rappelez vous également la prière de Jésus à son Père: " sinon pas un ne résistera ".

 Et cela me fait penser soudainement que lorsque dans le message du 9 mai 1996, Il nous demande de quitter le temple de l' Antéchrist, cherchant personnellement à comprendre ce que sur le moment je n'avais pas saisi, (car mon Jésus ne me donne pas toujours la lumière au moment même, mais certaines fois, afin que je ne doute pas de sa parole, Il me renvoie à la chercher dans la bible).

 Je lu donc, dans l'apocalypse le ch.18 :

 " Elle est tombée, elle est tombée Babylone la grande (Rome) elle est devenue la demeure des démons, le repaire (siège) de tous les esprits impurs " (les autres au service de l'Antéchrist)

 " Les rois de la terre se sont souillés avec elle " car les nations et l' église universelle sont complices de la nouvelle Tour de Babel.

 

Mais ce qui correspond plus exactement au message du 9 mai, c'est plus loin dans le chapitre 18, verset 4/5 :

" Sortez de ces mûrs mon peuple. de peur de participer à ses pêchés et de partager les coups Qui vont l' atteindre. car ses pêchés se sont accumulés jusQu' au ciel! Et Dieu s ' est souvenu de ses iniQuités... " N'est ce pas frappant de clarté ?

 

Plus loin mon Jésus dira encore :

" Assez mon peuple (catholiques), laissez vos idées reçues derrière vous, reprenez le chemin de vie, là où mes ministres l' ont laissé "

C’est à dire dans la vue de mon Jésus, au moment où ses prêtres ont abandonné l'enseignement traditionnel, à la convocation du concile Vatican II, qui donnera toutes ces dérives.

Mais Il dira ensuite, nous le faisant comprendre, qu'il enverra des apôtres, qu' aucun chantage n'empêchera de faire ce qu''il aura décidé, et qu'aucune puissance (terrestre ou des airs), ne pourra longtemps les retenir prisonniers, (physiquement ou spirituellement).

Il demande de dire la vérité, et d’exhorter à revenir sur le chemin de vie, les hommes de bonne volonté, même pendant les châtiments !

 Et tous les vautours qui se nourrissent de notre chair, devront se plier à sa volonté, où seront anéantis (tous les sbires et autres, consacrés ou non, qui le rejette).

 Seuls les aigles seront admis à son banquet, c’ est -à-dire ceux qui auront résisté à la fausse doctrine où seront revenus, l' apocalypse chap.19, verset 17, en parle :

 " L ' ange debout sur le soleil cria à pleine voix, disant à tous les oiseaux qui volaient au zénith, seul de tous les oiseaux l' aigle peut fixer le soleil, haut dans le ciel, ceux qui étaient restés ou redevenus purs, dans le Seigneur Jésus (le soleil), sont ces aigles.

 L’ange dit, donc: " venez, rassemblez-vous pour le festin de Dieu! "

 Voilà l'explication de la dernière phrase de mon Jésus et Il termine en disant : " Bénis soient les élus de mon Père "

 

J'espère que je vous aurai bien fait comprendre l'expression de la volonté de mon Jésus et de La Sainte Vierge, à travers les messages qu'ils m'ont donné, et que Dieu vous donne la lumière, dans sa miséricorde, pour reprendre le chemin, la voie, la vérité.

 Amen Seigneur, que ta volonté soit faite.

 

 L'église d'aujourd'hui n'est encore " visible " qu'en fonction de son passé qui a fait la gloire de Dieu. Ou ses dirigeants assument ce passé, malgré les erreurs de ces hommes, ou la barque de St Pierre coulera. Si le Seigneur ne se réveille pas, comme lors de la tempête apaisée par mon Jésus dans l’évangile.

 St Thomas d' Aquin sous 4 pontificats a refusé de s'adapter aux changements opérés dans le bréviaire, s ' il avait été considéré schismatique, il n’aurait pas été canonisé. Or sa résistance, fut reconnue comme salutaire, et le Pape revint à l’ancien bréviaire !

 Quant à moi, à l'instar des prophètes passés, ( dixit Jésus ); je suis soumis à Dieu et non pas aux hommes, surtout si ceux-ci s'égarent, en désobéissant à l'Eglise, et à son chef, Jésus-Christ.

 

La vertu théologale de la Foi est supérieure à la vertu morale d' obéissance.

Je crois en l'église, catholique, apostolique, Romaine, qui est l'église de Notre Seigneur Jésus-Christ, fondée sur Pierre, prince des apôtres, chef visible de toutes les églises.

 De même les apôtres combattaient pour la même loi divine de Notre Seigneur. En suivant les saints et l'église primitive (pré-conciliaire), on ne se trompe pas, ou alors, St Thomas, St Bernard, St Jean de la Croix, Ste Thérèse d' Avila, Ste Thérèse de l'enfant Jésus, St Philippe de Néri, Ste Catherine de Sienne et j' en passe, étaient dans l' erreur doctrinale, et l' église en les portant sur les autels s'est trompée et l'Esprit Saint également, ce qui n'est évidemment pas le cas.

Par cet " aggiornamento " de Vatican II, le Seigneur nous attendait peut-être bras ouverts et ils ont choisi de Le fouler au pied. Qu’elle n' est pas leur responsabilité à ces évêques, cardinaux et prêtres, d' avoir provoqué à la première session de Vatican II, ce blocage afin d'empêcher les schémas trop traditionnels de passer, pour faire passer les leurs !

Et les fidèles ? N'ont-ils pas leur part de responsabilité ?

Notre Seigneur a accepté de cette génération, qu'elle Le maltraite, Le blasphème dans la sainte eucharistie, qu'on Lui tourne le dos, oubliant sa divinité.

Le corps mystique de l’église est en agonie. Il souffre déjà ce que le Seigneur a enduré sur la croix, le reste vient. Des jours sombres arrivent, mais Jésus reste le principe de notre espérance, aussi restons fidèles, craignons sa colère pour avoir méprisé son amour miséricordieux.

Je voudrai pour terminer, vous citer Catherine Emmerich, bien que controversée :

" Lorsque je vis les démolisseurs, je fus émerveillée de leur grande habileté, tout se faisait suivant un plan, rien ne s'écroulait de soi-même, ils ne faisaient pas de bruit, ils faisaient attention à tout, ils avaient recours à des ruses de toutes espèces, quelques uns d'entre eux rebâtissaient. Ils détruisaient ce qui était saint et grand et ce qu'ils édifiaient n'était que du vide, du creux, du superflu. Ils emportaient les pierres de l'autel, et en faisaient un perron à l'entrée ".

(A III -556) et encore : " Je vois tant de traîtres! Ils ne peuvent pas souffrir qu'on dise: ça va mal. Tout est bien à leurs yeux, pourvu qu'ils puissent se glorifier avec le monde "(A III -184).

Bartholomaeo ...écrits de 1997

 

 

 

___________________

 

13 juillet 2013

 

Ce dimanche, ( en 1993 ) lorsque je pénétrais dans l'Eglise, un premier changement venait de s'opérer. Sur toutes les chaises il y avait des feuillets pour suivre et participer à la Messe, je me souviens m'être fait cette réflexion: "
Tiens, voilà que c'est la même chose qu'à Notre Dame, cathédrale de N, dont je n’aimais ni la Foi, ni la célébration qui s’exprimaient. Mais la douleur qui m’empoigna, fut de voir ce nouveau prêtre, revêtu de nouveaux habits, et dans le choeur, les prêtres habituels. En fait c'était le passage des témoins. Puis la manière dont il célébrait la Messe était froide, il parlait d'un ton monocorde, il récita le Credo à une allure supersonique, sans âme, et je souffrais encore plus que jamais. Je m'adressais au Seigneur en esprit :
" Mon pauvre Jésus, regardez comme il vous traite! "
Arriva le moment de la communion, et à cet instant, je fus comme saisi de stupeur. 

Avant même que les fidèles aient le temps de s'agenouiller comme d'habitude devant la balustrade, il était descendu et s'était avancé au milieu de l'allée centrale, enfin plutôt au début de l'allée centrale. Le deuxième prêtre se tint derrière la partie droite des balustrades. Les fidèles se divisèrent, la plupart communièrent debout, qui sur la langue, qui dans les mains, les autres, allèrent recevoir le Christ à genoux et sur la langue, et d'autres dans la main. Ce fut une horreur pour moi d'assister à cela. Sainte Réparate venant de basculer dans la profanation, je m' aperçut à ce moment peut -être, pour la première fois que l'on communiait ce jour, à genoux, sur la langue, ou dans la main, et debout, dans la main et peu sur la langue. Je retournai à ma place, bouleversé.
J'essayais de consoler la douleur de mon Jésus que je sentais. Une douleur forte mais silencieuse, quand soudain Il me dit :


" Je ne tire aucune gloire de cette Messe! "

Bien que sentant sa désapprobation, je ne compris pas tout de suite cette phrase dans son essence. Pendant ce temps, tout le monde se serrait la main dans les rangs en disant " la paix du Christ ". Moi, je restais plongé la tête dans mes mains pour me conserver justement dans la paix du Christ. Comment peut-on à ce moment là, s'occuper d'autres choses ? Je pensais à Fatima: " Comment l'ange envoyé du ciel, donna t-il la communion aux enfants ? Et à Garabandal ? ils l'a recevait à genoux, sur la langue! ". Je restai un peu, décidé à leur montrer le contraire, mais surtout pour consoler mon Jésus.

Le 13 mai 1995


il dira que le monde est devenu sans foi ni loi. il parlait bien sûr de la véritable foi et de la loi de Dieu.

" Qui saura me faire revenir mes brebis ? "


Si les brebis, (c'est à dire les fidèles) sont égarées, n'est-ce pas à cause de ceux qui les mènent à l’abattoir ? Avec leurs concepts nouveaux de la religion catholique ?


" Ne laissez pas le malin vous faire croire que le temps est clément "


Dans les actes des apôtres, on trouve une phrase qui dit: " Quand les gens diront paix et sécurité, alors subitement fondra sur eux la ruine comme les douleurs sur la femme enceinte, et ils ne pourront y échapper " (St Paul Thessa II 5- V3).
N’est-ce pas ce que nous entendons de la part de nos dirigeants politiques à travers le monde ? N’est-ce pas ce que nous voyons de nos chefs spirituels avec l’oecuménisme et les rapports avec les autres religions ?


" Assez d'hypocrisie envers mon eucharistie! Assez de sacrilèges et de fausses dévotions! "


Aujourd'hui on fait croire aux fidèles, que les premiers chrétiens, communiaient dans la main, c’est faux.
L’évêché, avait tenté de me faire croire la même chose, me parlant des apôtres.
La Sainte communion est partie intégrante de l’eucharistie, son rôle est de sanctifier les âmes. Le Saint Sacrifice (messe) seul, rend gloire à Dieu.
En tant que communion, la Sainte eucharistie était appelée encore, du temps de St Pie V, " Sainte table, banquet céleste ou banquet, festin des élus ou des anges, pain céleste, le pain des anges, le pain de vie ".
Vous connaissez les qualificatifs qu'on lui donne aujourd'hui, je vous en ferai grâce donc, mais évidemment,vous constaterez de vous même les différences.

Quelques évêques après avoir proclamé que le rite traditionnel de placer les saintes espèces dans la bouche du communiant est toujours de rigueur, permettent aujourd'hui que l'on distribue, dans des corbeilles ou bols, de main en main, par des laïcs, femmes, hommes, la Sainte communion.
On fait porter les hosties non consacrées par des filles enfants de choeur, souvent dans des vases sacrés, alors qu'à une certaine époque cela était considéré comme un sacrilège de toucher aux objets sacrés.
Si l’on voulait faire oublier aux fidèles la présence réelle, et que ce n' est que du pain ordinaire; c'est réussit !
On vous fait croire que cela existait en orient et occident depuis le début, et pendant mille ans, ces propos, entre autres, ces retours en arrière, ont été condamnés par Pie XII .
Mais ironie pour ironie, à cette même époque et longtemps après, les communiants devaient s'abstenir de toute nourriture depuis la veille. Pourquoi n'ont-ils pas rétabli ce jeûne eucharistique ?
Je vous le répète, tout ceci est faux, c'est une hypocrisie envers l'eucharistie, comme l'a dit mon Jésus. Et on vous a dit comment recevoir la Sainte hostie: placer la main gauche sous la main droite en guise de trône, parce qu' elle est destinée à recevoir le Roi.
Des circulaires dans les églises de la région attribuent cette façon de faire à St Cyrille de Jérusalem dans les " catéchèses mystagogiques ", mais on vous a caché le reste, elles disent :
" Après que tu ai sanctifié tes yeux par la vue du Saint corps du Christ, approche toi aussi du calice de son sang, sans étendre les mains en disant amen, tu te sanctifieras en prenant aussi du sang du christ. Et tandis que tu as encore les lèvres humides de celui-ci, touche le avec les mains, et puis, par elles, sanctifie les yeux, le front etc...
Ne vous détachez pas de la communion, ni ne vous privez pas de ses mystères sacrés et spirituels, même si vous êtes corrompus par les pêchés "

Croyez-vous qu'un tel rite fût en vigueur pendant mille ans dans l'église catholique ? Même corrompue par les pêchés ?
Jamais St Cyrille de Jérusalem n'a ni pratiqué, ni écrit cela (paume gauche formant un trône etc...), car St Paul, sur qui se fond la tradition, avait dit :
" Quiconque aura mangé ce pain et aura bu au calice du Seigneur indignement, sera coupable envers le corps et le sang du Seigneur ".
Ce zèle sacrilège est dû à l’auteur des " constitutions apostoliques " un syrien anonyme, fou de livres, contaminé par son propre esprit pervers qui ajoute à ces constitutions en les attribuant au Pape Gélase 1er, qui lors du concile de Rome en 414, les déclarera apocryphes.
Ce rite extravagant, sacrilège, entra dans les catéchèses " mystagogiques ", grâce à un successeur de St Cyrille de Jérusalem, que beaucoup pensent être l'évêque Jean, arien, originien et pélavien, et donc contesté par Saint Epiphane, Saint Jérôme et Saint Augustin !
Ce n' est qu' en cas de nécessité et dans les temps de persécution, nous dit Saint Basile, que l' on pouvait déroger à cette norme, et qu' était accordé aux laïcs de recevoir la communion dans leur propres mains !

Sommes-nous dans ces temps là ?


Saint Eutychien, Pape de 275 à 283, pour qu'on ne la touche pas avec les mains, interdit aux laïcs de porter les Saintes Espèces aux malades, il disait :
" Que personne n’est l’audace de confier à un laïc ou à une femme le soin de porter la communion à un malade "

Saint Grégoire le grand, raconte que St Agapit, pape de 535 à 536, guérit un sourd-muet au moment où il lui mettait dans la bouche le corps du Seigneùr, et lui-même agissant de même. .
Le concile de Saragosse, en 380, excommunia ceux qui avaient communié, comme s'ils étaient en temps de persécution.
Les " innovateurs " dans l’ancien temps ne manquaient pas, mais contrairement à aujourd'hui, ils étaient rappelés à l'ordre.
Le concile de Rouen, en 650, interdit aux ministres de l’eucharistie de donner la communion dans la main aux fidèles. Aujourd'hui, la plupart communient debout et dans la main, savez-vous qui faisait cela ? : 
Les ariens (l'arianisme) ! Ils  considéraient l'eucharistie comme un pain purement symbolique.
Saint Athanase parla un moment, de l' apostasie arienne. Nous faire croire (y compris J.P. II), que pendant mille ans ce fut ainsi dans l'église catholique est une hypocrisie qui rend les laïcs sacrilèges.

Car si moi, j'ai pu me documenter et vous livrer ces informations sur les conciles et les définitions des papes, comment nospasteurs les ignoreraient-ils ? Sinon volontairement! ! !


Lorsque Saint Thomas d'Aquin, dans sa somme théologique, dit les motifs qui interdisent aux fidèles de toucher les Saintes Espèces, il ne parle pas d'un rite d'invention récente, mais d'une habitude aussi ancienne Que l'église ! ! ! Or une telle règle, écrit l'auteur de ces recherches sur l'église ancienne, (W .M. ) , n'a pas été abrogée dans le nouveau missel romain. A l'article 117, on lit que " le communiant tenant la patène sous la bouche reçoit le sacrement ".


Aujourd'hui on a rétablit la communion, dans certaines églises, aux deux espèces.
Dans les premiers temps de l'église, il en était ainsi. Mais les malades, les prisonniers et en général tous ceux qui communiaient en dehors de la Sainte messe, ne recevaient déjà que la Sainte hostie.
Et dans les actes des Apôtres, il était question de communion sous les termes " fraction du pain ou rompre le pain). Plus tard au Vème siècle, les papes Léon 1er et Gélase 1er ont ordonnés de nouveau la communion sous l'espèce du vin, pour combattre l'erreur des Manichéens qui avaient le vin en horreur,comme une chose diabolique.
Mais comme le vin est un liquide qui s'altère, et qu'il y avait des risques de le renverser et de le profaner, on revint à l'unique façon de communier. Pour réfuter l'erreur que Jésus n'était pas tout entier dans chaque espèce.

Alors, quelle est l'utilité de remettre au goût du jour, certaines dévotions, ou rites, que l'esprit Saint avait soufflé à nos pères de supprimer ?

 

La communion indigne et sacrilège est comparable au crime de Judas. Et savez-vous les conséquences dans cette vie ? Aveuglement de l'esprit, endurcissement du coeur et toutes sortes de fléaux, voilà pourquoi, paraphrasant St Paul quand il parle de la communion, il y a tant d'aveugles de la Foi véritable, tant de faibles, tant de fidèles qui s'endorment du sommeil de la mort spirituelle, ne voulant pas revenir en arrière !
C'est bien pour cela que mon Jésus, dit, concernant les fidèles qui ne veulent pas écouter son enseignement :

" Je vais les réveiller, les gens ne savent pas et sont endormis dans leur bien-être et la luxure " 

Voilà pourquoi, également, les grâces ne passent pas dans l'eucharistie.

 Outre ces communions sacrilèges, la communion peut être, plus ou moins parfaite, tiède, voir Indifférente, par habitude, obligation, et selon les dispositions de chaque fidèles. Or, les grâces attachées à la Sainte communion sont communiquées en plus ou moins grande abondance, proportionnellement aux dispositions de votre âme.Même les pêchés dit véniels diminuent les effets de la communion en nous.Savez vous que dans un exorcisme arraché, le diable a dit que sa plus grande victoire était la communion debout, et dans la main ? Et pendant ce temps on vous dit que c'est " le coeur qui compte, et d'aimer son prochain ". Mais votre âme, on ne vous demande plus de vous en soucier ?

Observez-vous donc, lorsque vous approchez de la table Sainte, pour communier. Ne la recevez plus sous les deux espèces, si d'aventure vous agissiez ainsi. J'en ai même vu prendre l'hostie avec la main dans un bol et la tremper dans un autre bol, contenant le sang du Christ, et se communier eux mêmes !


Je vous supplie au nom de notre Seigneur Jésus, et en mémoire de sa passion et de sa mort sur la croix pour nous, soyez charitables envers son pauvre coeur, comme Il nous le demande dans le message du 13 mai 1995.


Produisez des actes véritables de dévotion envers l'eucharistie.
Foi en la présence réelle, adoration, humilité, repentie des pêchés, espérance, amour, les trois vertus théologales s'appliquent aussi pour la première partie de l'eucharistie, qui est à la Sainte messe.
N'ayez plus de respect humain. Vous rencontrerez des obstacles, parfois, du prêtre même, mais " puisqu'ils m'ont persécuté, ils vous persécuteront " disait Jésus.
Revenez à la Sainte doctrine pour le salut de votre âme et la gloire de Dieu, cessez d'offenser le Seigneur, si encore une fois vous agissez ainsi, la miséricorde de Dieu n'a qu'un temps, et il se fait court, sa justice arrive sur tous, et chacun à ce moment-là sera seul en face de son créateur, on ne pourra pas toujours accuser son voisin...
Je me suis très étendu sur la Sainte communion, volontairement, afin de vous faire connaître par des exemples, pourquoi également, le sacré-coeur et le coeur Immaculé, saignent devant ces actes.

9 mai 1996


" Afin que vous restiez en Moi, Je vous ai donné ma mère...et comment La priez-vous ? Avec plus de sincérité de votre part vous pourriez obtenir mes faveurs! "


Je me suis déjà exprimé là-dessus précédemment, mais je voudrai un instant y revenir. Sur la croix, afin que l'apôtre St Jean soit toujours avec notre Seigneur, Il lui dit : " voici ta mère "
Et à travers St Jean, Il' a donnée au monde, et de la même façon Il nous le rappelle dans ce message : " Je vous ai donné ma mère ",
Et depuis lors, Elle a écouté nos demandes. Elle a intercédé, s'est faite notre avocate, co-rédemptrice,Médiatrice de toutes les grâces, auprès de notre Seigneur. Mais si nous ne La prions pas du fond du coeur, avec un esprit humble, de repentir, si nous restons superficiels, matériels, humains, que nous Lui demandons plus de grâces temporelles que spirituelles, pour l'avancement de notre âme, si nous ne Lui demandons pas de s'unir à son coeur immaculé, et par Elle, au Sacré-Coeur de Jésus, nous serions coupable d'ingratitude, d'ignorance sur les véritables biens, et Jésus ne pourrait pas exaucer sa Sainte Mère.
Aimons les deux saints coeurs, d'amour. Pour l'amour de Jésus et de Marie, gratuitement, épousons les souffrances de Jésus et de Marie, leur amour et leurs joies et nous Les aimeront d'un véritable amour, qu'Ils nous rendront.


Un peu plus loin, le Seigneur dit :


" Les fauteurs de trouble et les faux prophètes dont parle Daniel "
Les fauteurs de trouble sont tous ceux qui sèment le poison de la corruption spirituelle dans l'église à travers les prêtres, et dehors, ceux qui la combattent.
Les faux prophètes, sont ceux qui sont aussi au " service " de l'église, qui en parle au monde, au nom de Jésus, avec le mensonge dans leur coeur, et qui travaillent pour l'Antéchrist, son instauration complète.
Ceux-là sont à la fois des apostats, des hérétiques etc...
Derrière un masque affable, de piété feinte, d'humanisme ou de tolérance, ils sont sur le point d'abolir le sacrifice perpétuel, bien meurtri, c'est à dire la messe, l'eucharistie, en lui faisant prendre une autre apparence, sous couvert d'unité religieuse. Ils fomenteront le prochain schisme également, les diviseurs, au service de satan qui pourra mieux régner.
Ils existaient déjà du temps des apôtres, St Paul en parle à Timothée, Tite, St Jean aussi dans une de ses lettres, disant :
" Qu’ils sont sortis des nôtres (des prêtres donc), mais ils n'étaient pas des nôtres, sinon ils seraient restés avec nous ".

" Il y aura aussi parmi vous, des faux docteurs qui susciteront des divisions ruineuses et qui, reniant le Maître qui les a racheté, attireront vite la ruine sur eux et beaucoup les suivront dans leurs dérèglements, faisant ainsi calomnier la voie de la vérité (la religion du Christ) et par cupidité, ils vous exploiteront avec des paroles artificieuses " (2ème épître de Pierre chap.II 1/3).
La I ère épître de St Jean dit également :

" Mes petits enfants, c'est l'heure dernière, ainsi que vous l'avez appris, l'Antéchrist vient (individu) et dès à présent il est survenu nombre d'Antéchrist (adversaires du Christ) "
Aucun d'eux, donc étaient sincères.


"Mes prêtres, mes amis, me renient comme Judas M'avait renié. Si seulement ils avaient conservé leur sacerdoce intact de toute corruption, le monde se régénérerait par ma toute puissance. Au contraire, faute de vrais bergers, mes brebis se meurent ". me dit Jésus ... 

Judas, que notre Seigneur appelait, mon ami, avait partagé la vie de Jésus, et notre sauveur, lui, malgré qu'il sache être trahi, un jour, l'aima comme les autres. Puis Judas le renia, voyant que le Seigneur n'était pas du royaume de la terre, qu'il était Roi dans son royaume.
" Mon royaume n'est pas de ce monde ".
Aujourd'hui il en est de même, les siens, ses amis, l'ont renié pour s'attacher à des idées humaines, " Ne sacrifiez plus à des idées humaines " (4 décembre 1993).
Les prêtres, ses amis, ont corrompu leur sacerdoce, dans la liturgie, en rendant profanes, les rites sacrés, et entraînent avec eux la perte des âmes " prie pour les âmes qui se perdent "
Ils se sont corrompus volontairement, pour certains, car se révoltant comme Judas et à l'image des anges rebelles, ils ont dit " non serviam ", " je ne servirai pas ".
Ce sont les mauvais serviteurs, dont le Seigneur dira :
" Après que le maître de maison (notre Seigneur) se sera levé pour fermer la porte (de sa miséricorde), et que restés dehors, vous vous mettrez à frapper à la porte disant :
"Seigneur ouvrez-nous ! et qu'Il vous aura répondu: "Je ne sais d'où vous êtes", vous vous prendrez à dire :
"Nous avons mangé et bu sous Tes yeux (eucharistie) et Tu as enseigné dans nos rues" (ton évangile a parcouru le monde) mais Il dira :
"Je vous dis que Je ne sais d'où vous êtes, écartez-vous de Moi, vous tous, fauteurs d'iniquité"".


" Là seront les pleurs et le grincement des dents, quand vous verrez Abraham, Isaac, Jacob et tous les prophètes dans le royaume de Dieu et que vous, vous serez refoulés dehors " (St Luc 13 - 25-30).
Les serviteurs de Dieu sont tous ceux qui ont reçu mission de sa part, de le servir, les laïcs auront aussi leur part, à cause de leur coopération.
Les prêtres, dans leur majorité, ont de même corrompu ce qu'ils se devaient de préserver. Ils sont devenus, comme dira St Paul, des trafiquants de la parole de Dieu (déformant l’évangile, lui préférant des mots humains adaptés, ils ont changé les caractères de la liturgie et la matière).
Quand ils consacrent, ils n'y mettent pas " l'intention ", à savoir, offrir au Père comme des alter Christus, le sacrifice de son Fils qui est d'une odeur agréable, " Si mon ennemi m'avait maudit, je l'aurai encore supporté, et si celui qui me haïssait avait fait des grands discours contre moi, je me serai peut-être caché de lui, mais toi qui ne faisait qu'une âme avec moi, toi à qui j'obéissais, (à l'appel du prêtre dans la consécration pour la transsubstantiation), toi " qui me connaissait (qui savait ce que je désirai) qui prenait avec moi de doux mets, (eucharistie, entretien avec Jésus devant le tabernacle...), qui marchait avec moi de concert dans la maison de Dieu (l’église)...
Que la mort vienne sur de tels hommes, et qu'ils descendent vivants dans l'enfer "


Allez enseigner toutes les nations et baptisez les etc...(St Mathieu 28-19)


Il est interdit aujourd'hui d'évangéliser au point de faire revenir au bercail, orthodoxes, protestants, juifs, musulmans, c’est à dire schismatiques, hérétiques et infidèles. Autrefois les prêtres priaient et faisaient prier pour leur conversion. S'ils ne voulaient pas devenir catholiques, et le pire de tout c'est que c'est exactement l'inverse qui se produit. L'église se compromet avec eux et prie avec eux !

Toutes les cérémonies religieuses sont corrompues et le sont par les prêtres et les infidèles dans les messes modernes. Les fidèles, rebelles à l'enseignement traditionnel, c'est une chose, mais les autres ?
Les ignorants, (ceux qui n'ont pas eu une formation adéquate), les séduits, fatigués d'être catholiques, faute de vrais bergers, ils se meurent spirituellement. Car les prêtres ne donnent pas l’aliment nécessaire à leur âme.
Les prêtres se sont corrompus, préférant les plaisirs du monde, l'enseignement du monde, certains se sont mariés, d'autres se sont pervertis, ils ont rejeté leurs habits sacerdotaux, (après Vatican II, 40 à 50000 prêtres, ont mis costume, cravate) ils sont devenu des hommes du monde au lieu de rester des hommes de Dieu, intégralement.
J'en ai vu manger dans des restaurants, aller regarder les baigneuses, sur la plage, en tenue laïque.


La soutane les protégeait du monde et leur rappelait leur engagement à notre Seigneur Jésus Christ. Ils appartiennent ou " on des affinités " avec les francs-maçons, ennemis jurés de l' église, ils vont dans des loges, prônent le mariage des prêtres, l'homosexualité etc... J'en passe et des meilleures.
Beaucoup de ceux à qui je parle, n’ont plus confiance en eux, et donc en l' église et finalement cela empêche d'avancer spirituellement. Comprenez-vous l'importance de leur reniement ?
Et comme dit notre Seigneur, le monde, à travers ses serviteurs fidèles aurait pu être régénéré. A cause de leur démission, c'est impossible.
Notre Dame nous parlait déjà des prêtres à la Salette, " des cloaques d'impuretés " disait- Elle.
Des sépulcres blanchis, beaux dehors, " repeints " sous des aspects de piété feinte et pourris en dedans, disait notre Seigneur. De saints prêtres donneront des fidèles saints, de mauvais prêtres, de mauvais fidèles.
Les fidèles voient en eux encore, des hommes de Dieu, et conscients de leurs pouvoirs ils s'en servent pour le mal. Beaucoup sont aveugles, ayant pris le chemin de la séduction " un aveugle qui conduit un autre aveugle ".


" Malheur à mes serviteurs, le ciel crie vengeance " cela m'a rappelé l'apocalypse à l'ouverture du  5ème Sceau: " sous l'autel des âmes, je vis ceux qui avaient été tués, à cause de la parole de Dieu et du témoignage qu'ils avaient rendu (prêtres fidèles, saints, martyrs de la Foi unique).


Ils s'écrièrent à forte voix, disant: " jusqu'à quand Maître Saint et Véridique, attendras- Tu, pour faire justice et venger notre sang, sur les habitants de la terre ? "


Et mon Jésus de nous dire :
" Ma justice arrive... comme un feu sur toute l'humanité! " Le 8 mai 1992, je vous le rappelle.

Mon père voit tout cela, Il va purifier ce qui doit être amené à lutter pour moi, et réduire en cendres ceux qui
luttent contre moi.

3 août 1996, laissant volontairement celui du 6 juillet, pour plus tard.
Je vais donc développer ce que Jésus a dit au sujet du Pape et de son église.

" Le Pape que J'ai mis sur ce trône, ( JP II ) est l'objet de sarcasmes, d'infidélités, il aura à subir le martyre, je l'ai
préparé de tout temps à cela. Les erreurs complices sont toujours sujettes à réparation, aussi mon vicaire
aura à subir ses tourments. Cette église (la catholique) s'acoquine avec d'autres églises qui M'ont rejeté
pour suivre leur doctrine, et veulent assujettir mon institution à la leur ".

En effet, l'homme est faible par nature, pour ne pas se tromper, il doit mettre sa confiance en Dieu, et observer son enseignements envers et contre toute tentation de l'adapter au monde moderne, le monde change, Dieu ne change pas, c'est aux hommes qu'il incombe de se soumettre au lois divines, et non pas à notre Seigneur de faire la volonté de ses créatures me semble t-il !
Malgré les erreurs de l'église de placer l'homme sur les autels, à la place de Dieu, aidée en cela par son représentant, l’entourage de J .P .II, ainsi que les prêtres, se moquent de ces décrets et ne se cachent pas de la critiquer ouvertement. N'a t-il pas demandé aux prêtres par exemple de se distinguer du monde dans leurs vêtements ?
Qui, à part certaines exceptions, reconnaît un prêtre d'un laïc, aujourd'hui ?

Notre Seigneur dit " les erreurs complices... sont sujettes à réparation ", et depuis l'ancien testament tous les prêtres y compris à haut niveau, qui s'étaient éloignés de sa loi, ont été châtiés, à cause de leurs manquements.
L 'homme est pêcheur, et le ciel a de la compassion pour les pêcheurs, mais il reste intraitable pour les pêchés. Il en va de même, pour les pêchés de coopération de ses ministres.
" Son " Pape, oui il reste son fils, Elle reste notre mère, malgré nos égarements, mais quant à suivre l'église et son enseignement actuel, comment la Sainte Vierge peut-Elle dire cela, alors qu'Elle pleure à travers le monde des larmes de sang ?
Croyez- vous que la cause ne serait que la perte de Foi des Laïcs ?

" Rome perdra la Foi et sera le siège de l' Antéchrist, elle deviendra le lieu de reniement de notre seigneur, car Son Eglise (en tant que mère de l'église) jettera au panier le passé religieux ".

L'Esprit Saint aurait trompé presque 2000 ans de chrétienté lui donnant de fausses pratiques ?
Il ne soufflerait, en esprit et vérité que depuis Vatican II ?
Impossible, n'est-ce pas ? Si tout allait bien dans l'église le monde ne serait pas en ce moment sous la justice divine.
Comment la Sainte Vierge peut-Elle vouloir la poursuite de la désacralisation de l'institution de son Fils, les profanations, sacrilèges et autres aberrations ?
Elle, qui est l'épouse du l'Esprit-Saint, au sein de la Sainte Trinité ?
L'Esprit Saint, dans l’église oeuvre toujours pour la sainteté de ses membres, pour rendre les rites saints, et non pas à l' envers. Toutes oeuvres à rebours dans l' église et ses membres, aujourd'hui, sont diaboliques.
Quand je dis à rebours, c'est par rapport à l'héritage, car sur les bases pré-conciliaires, nous régressons.
Tout porte à moins de respect, voire, pas de respect du tout, sur les sacrements, par exemple.
Et la Sainte Vierge cautionnerait cette décadence, contredisant la Sainte Trinité ? Soyons sérieux! !


" Où l'on tend vers le sacré, où l'on tend vers l'humain. Les deux ne sont pas conciliables à mon service car de Moi jaillit l'amour du prochain " dira mon Jésus.

N'est-ce pas clair ?

Notre Seigneur est trois fois Saint. Pas seulement saint, mais trois fois, il n'y a pas plus sacré que la Sainte Trinité et en l'aimant, en puisant son amour, nous aimerons notre prochain. Mais par contre, on peut aimer l'homme, sans aimer Dieu et sa volonté sur l'homme.

suite à venir

Bartholomaeo ( ecrits de 1997 )

 

 

 

 

 

 

 

 __________________

 

11 juillet 2013


(Quelques perles datant de mai 92 sont reportées ici, veuillez m'en excuser pour la chronologie ...)

 

" Ne crois pas ce que les grands vont déclarer au sujet de l'Europe (nous sommes en mai 1992) car Moi, le Seigneur, l'Alpha et l'Oméga vais rayer tout cela bientôt, maintenant les sbires de l'Antéchrist sont déjà à l’oeuvre dans mon Eglise et avant peu, la France va devenir un terrain fertile pour eux "

Qu'est que cela voulait bien dire? Je notais et je pensais à ce que m'avait dit la Sainte Vierge : " Rien de ce que le Seigneur te montre, ne restera scellé " Puis il me dit :

" Avant peu, là ou tu vis (France) il y aura des catastrophes. Vous serez à l'abri, car Moi je vous éloignerai pour un temps, car la colère de mon Père vient " (en septembre de cette même année on votait Maastricht et le lendemain il y eut Vezon la Romaine).

Je Lui demandais une grâce particulière pour faire face à ces événements, puis Il me quitta, et me laissa comme d'habitude rempli de son amour et de sa paix.

Mais le Seigneur finit ainsi le message du 6 mai 92

" Je veille, ainsi que ma très Sainte Mère, sur vous "

Prions donc les deux coeurs de nous faire revenir au bercail, avant qu'il ne soit trop tard

Le 7 mai,

Il me dit :

" Tu sauras toujours quand les tribulations seront là, car le Père Eternel en a décidé ainsi. Cette année (ne pas oublier la prudence, cette année étant de référence dans son plan, et non, pas forcément celle du calendrier) la révolution arrive, mon tout petit la France va rentrer dans un désordre indescriptible. Avant 6 mois les prémices seront là (en effet, qui avait des yeux pour voir aura vu).

" Mitterand, ce traître à la nation, votre roi, va payer chèrement d' avoir trahi et de s'être associé aux malins.Mon enfant, la France est sous la divine justice de mon Père, mais Je la protégerai, car elle doit m'aider à combattre. Avant cet hiver de violentes manifestations auront lieu ".

Ce qui arriva même pendant l'été avec les camionneurs entre autres :

" La Côte d' Azur, joyau pour vous humains, mais repère de serpent pour Moi, va bientôt souffrir, la terre va bouger (catastrophes...). Ceux qui croiront à ce que tu diras te suivront, ceux qui seront endormis dans leur bien être resteront, et en souffriront. Ne t'inquiète pas, qui est à Moi te suivra dans tes conseils ".

La tournure et le ton par moments avaient changés. Mon doux Jésus, Lui dis-je, Toi qui m'a ressuscité, garde moi dans Ton coeur et celui de Ta très Sainte Mère, donne-moi la lumière et la force pour discerner ce qui est juste. Il me quitta après m'avoir béni, comme toujours.

Le 8 mai 1992

" La sixième trompette de l'apocalypse de mon bien aimé (St Jean) va bientôt retentir "

Je consultais ensuite la bible, et je découvris que décidément tout s'annonçait bien mal pour nous.

" Le Père Eternel a permis que tu saches tout cela, car en vérité, tu seras mon prophète, et tous les prophètes ont su à l'avance ce qui arriverait ".

Puis il me confia un secret et me quitta en me disant : " Va en paix mon apôtre, voici que tout t'es révélé "

Apôtre ? Prophète ? Je ne comprenais pas, mais un prophète, anciennement, portait l'enseignement également. Il n'annonçait pas seulement le futur que Dieu lui faisait entrevoir. Toutes ces explications vinrent graduellement, je vous les livre après synthèse.

Puis le 11 mai 1992 :

" Mon enfant, voici que Je te donne un secret, mon Père, mon tout petit, m'a permis de te le dire, car àtravers Lui tout t'es révélé... Mon tout petit, le Saint Père te bénira "

Deux mois plus tard, ma mère qui organisait des pèlerinages vint me dire qu'elle avait l'intention d'organiser un pèlerinage à St Giovanni Rotondo (Padre Pio) et qu'elle passerait par Rome.Qu'elle essaierait d'obtenir d'assister avec son groupe, à l'audience publique du mercredi que donnait souvent Jean-Paul II, et si je voulais venir. Je lui dis on verra... ( en fait , à ma grande honte je pensais cela impossible est venant de mon imagination ... )

Le 12 mai vint :

Le Seigneur répond à mes questions sur la bénédiction du Pape :

" Comment pourrais-tu écrire cela ? Connais-tu l’avenir ? Sais-tu les secrets du Père Eternel ? Seuls ceux que J'ai choisi peuvent entrer dans mes voies, car, Moi seul leur permet, aussi crois Moi, car tu es misérable, et aucun humain ne peut approcher cela sans qu'il soit dans l'esprit du Père, du Fils et du Saint Esprit. Ne doutes plus, quelquefois ton esprit devient humain mais Moi, le Seigneur te donne ce que tu ne peux pas savoir, et ne te laisses pas tomber dans l'erreur. Tu feras et diras ce que mon esprit te poussera à faire. Quand l'esprit de mon Père viendra, alors, tu m'appartiendras totalement, Je te guide dans tous tes actes, sais-tu mon enfant que Je te mène jusqu'à Moi ? Aussi ne crains pas, car mes anges te suivent et te relèvent, voici que le jour tant attendu arrive, et ma pierre précieuse va briller. Ne crains pas, même si cela t'est étrange et non réalisable, tu es de cette terre pour un peu seulement, prépare toi, car ma Très SainteMère vient très bientôt, Elle te dira ce que tu ne sais pas, tu la suivras, car Je l'ai décidé ainsi, et ce que J'ai décidé, rien ne peut aller contre, ni douter. Ce qui vient du ciel, n’effraie pas, ce qui vient du ciel, mon enfant, se reconnaît. Même toi mon enfant, tu ne tomberais pas dans l'erreur, écris mon enfant, reste avec Moi, sens-tu mon esprit en toi ? Sens-tu combien Je t'aime ? Peux-tu résister à Mon amour ? Tu es lié à Moi, et rien ne peut arrêter ta main. Moi le Seigneur te tiens dans mon Sacré Coeur, uni par le coeur de ma très Saint Mère qui est là, et te regarde. Laisse-toi guider, abandonne-toi, de manière à ce que ton côté humain n'intervienne pas au milieu ".

Que pouvais-je rétorquer après cela ?

" Seigneur je t' aime, garde-moi dans Ta lumière afin que je ne puisse jamais tomber. Béni sois-Tu Seigneur; très Sainte Mère, Toi qui est toute sagesse, guides-moi dans ce que désire ton Fils bien aimé. Amen

Le 13 août 92  une prière me fut inspirée :

" Esprit Saint, âme de mon âme, éternel amour, toi qui est, avec le Père et le Fils, et qui a pour épouse la Sainte Vierge Marie, Mère de Dieu, élève mon âme, afin que je rende grâce au Père Eternel pour les bienfaits qu'Il m'accorde au nom de son amour paternel "

La prophétie de la Bénédiction du Pape s'accomplit 

6 mois jour pour jour après le 11 mai

Le pèlerinage de ma mère pour Rome avançait et je lui dis que je viendrai, du 10 au 16 novembre. Mais on me convoqua pour me proposer un travail de trois mois, après entretien, je devais démarrer le 26 octobre après confirmation de la date.

Le 26 arriva, rien, nous étions le 5 novembre toujours rien, étonné, je remis tout ça en la Sainte Providence, et je décidais de partir.

 

Arriva le 11 novembre, jour de l'audience publique du Pape, le prêtre qui nous accompagnait était bien fatigué, car âgé. On sortit le fauteuil roulant et ma mère me demanda de m'occuper de lui.

Arrivés devant les gardes suisses, ils nous séparèrent du reste du groupe, car les malades en fauteuil roulant étaient disposés différemment dans la salle. Je leur lançais "à plus tard", et je poussais le prêtre dans son fauteuil. Une fois arrivés dans la salle, je constatais qu'il y avait d'autres personnes en fauteuil roulant sur trois rangs, mais juste devant les marches, à 10 mètres d'un grand fauteuil que devait occuper le Pape. On s'installa au milieu de la troisième rangée.

Je me retournais pour essayer de repérer ou se trouvait notre groupe, on me fit de grands signes, et je les reconnus, ma mère me levait le pouce vers le ciel, me signifiant que quelque part la providence me gratifiait d'une bonne place.

Arriva un monsieur qui s'adressa au malade juste à côté de nous. Il lui demandait de s'avancer, mais ce pauvre homme ne comprenait pas, le monsieur en question s'adressa à moi par geste m'invitant à nous déplacer et je vis une occasion d'être plus près. Je me levais aussitôt, poussant le prêtre, me faufilant parmi les autres, le guide nous plaça etje n'en croyais pas mes yeux au premier rang et en première position! ! !

Nous étions le prêtre et moi, très content de cette faveur du ciel, à 10 mètres du Pape, seules les marches nous séparaient du Saint-Père.

Tous les autres pèlerins étaient séparés par les barrières de l'allée centrale par laquelle il devait arriver.

Environ 8 à 9000 personnes dans la salle et nous étions les plus près, qui plus est, les premiers, incroyable!

Je me dis, à cet endroit, quand le Pape bénira l'assemblée, je serai bien placé.

" Le Saint Père te bénira " me revenait en tête.

Puis il arriva par le fond de la salle, sous les lumières, les applaudissements, les chants des pèlerins de tous les coins du monde, serrant les mains de ceux qui s'étaient agglutinés contre les barrières bordant l'allée, il monta les marches après avoir salué certains évêques derrière nous.

Une fois son allocution terminée, tout le monde applaudit et se leva, il répondait en levant les bras comme on l'avait souvent vu faire, adressa quelques mots aux évêques et cardinaux qui l'entouraient. J'attendais labénédiction générale et là, mon coeur s'accéléra d'un coup. Je vis le Pape faire demi-tour, il commença à descendre les marches lentement, je croyais rêver, il s'avançait directement vers le prêtre et moi, je ne savais plus quoi faire, quand il fut presque arrivé, je voulus me lever de la chaise pour m'agenouiller, mais

sa main gauche se posa sur mon épaule pour m'en empêcher .

Il s'adressa au prêtre, lui demandant d'où il venait, mais sa main pendant tout ce temps restait posée sur mon épaule. Il parlait d'une voix grave et douce, puis sa main quitta mon épaule et il me prit l'avant bras, j'avais le chapelet dans la main et celle-ci touchait presque sa main, petite et douce. Il continua d'écouter le prêtre, puis se tourna vers moi avec un sourire, il enleva sa main gauche, et posa sa main droite sur monautre épaule en me regardant fixement peut -être une dizaine de secondes qui me semblèrent une éternité.

Je voulais lui poser des questions mais rien ne me vint à l'esprit, je ne voyais que son visage et l'expression de celui-ci était émouvante. Je ne dis rien, lui non plus, et arriva l'incroyable, otant sa main de mon épaule, il me signa de son pouce en faisant le signe de croix sur mon front et s'éloigna.

 

 

Je vais en arriver au développement du message du 28 novembre 1993, que le Seigneur m'éclaire afin de bien continuer à exprimer sa pensée.

28 novembre 1993

" Mon église est démolie de tous côtés par les profanateurs "


L'Eglise, comme chacun le sait, est constituée par les prêtres et les fidèles. L'institution divine confiée aux hommes qui avaient pour mission de poursuivre la construction de l’édifice, les prêtres, les fidèles passés, y avaient participé, chacun apportant sa pierre, et pierre après pierre, l' église bâtie sur le roc, résista aux attaques profanes extérieures.

Aujourd'hui, malheureusement, elle se décompose car prêtres et fidèles la démolissent volontairement ou involontairement pierre par pierre de l'intérieur.

Pourquoi le Seigneur dit-Il de " tous côtés ", car toutes les institutions de Notre Seigneur sont attaquées, ainsi que les sacrements.

Dans le dictionnaire, on lit à profanateurs: " celui ou celle qui profane les choses saintes ", et à profane on lit: " qui est contraire à la religion, au respect des choses sacrées ".

Hélàs, les profanateurs aujourd'hui sont dans l'Eglise d'une manière quasi-générale, les " choses " sacrées, ne sont pas respectées.

Le premier non respect d'une institution sacrée par l'église, le baptêmeà été ramené à sa plus simple expression, l'eau qui était un baptême de repentance sous Saint Jean le Baptiste :

Exit ce qu'on appelait l’exsufflation, où le prêtre soufflait trois fois en forme de croix sur l'enfant: " Sors de cet enfant, esprit impur et fais place à l'Esprit Saint le consolateur ".

Exit l 'imposition du sel béni, symbole de la sagesse, qui fait goûter la saveur des aliments divins, préserve par la doctrine évangélique de la corruption, des vices et empêche les mauvaises passions de croître.

Exit la deuxième partie si importante de l'exorcisme, traçant 3 fois le signe de croix sur l'enfant, le prêtre adjure à l'esprit impur au nom de la Sainte Trinité, de sortir et de s'éloigner du futur serviteur de Dieu, et la citation continue, plus longue, au nom de Jésus.

Puis suivent encore, le signe de croix, imposition des mains. Tout ceci se faisait sur le parvis de l’église, le prêtre achevant ensuite dans l' église, la fin de la cérémonie baptismale, en y entrant, le parrain dit avec le prêtre, à haute voix, le credo, et le pater.

Puis vient la troisième partie, qui est appelée " solennel exorcisme ".

Exit ensuite " l'ephpheta ", le prêtre prend un peu de salive, et en touche les oreilles et les narines, comme fit notre Seigneur pour guérir le sourd-muet.

Exit la renonciation à satan et à ses oeuvres.

Exit l'onction d'huile sur la poitrine et entre les épaules.

Exit l'onction du Saint Chrême, sur la tête de l'enfant, comme le recommandait le catéchisme de " trente ".

Exit le vêtement blanc, signe de pureté de l'âme.

Prenons le sacrement de pénitence réduit à sa plus simple expression.

Exit le " Je confesse à Dieu " et souvent l'acte de contrition sont supprimés, on confesse n'importe où, dans un bureau, assis, le prêtre ne porte presque plus l'étole, on confesse à la va vite, et pour aller encore plus vite, on rassemble tout le monde, et absolution générale !

Les prêtres ne portent pas les habits sacrés pour la confession et sont en tenue laïque. Le sacrement du mariage ? Combien de divorcés se sont remariés à l’église! ! ! Je vous passe le sacrement de l'ordre, qui devient un sacrement de désordre.

Je reviendrai plus tard sur la messe et l'eucharistie, car les profanateurs s'attaquent principalement à ces deux institutions.

Les fidèles, par leur comportement, profanent les lieux saints, c’est la kermesse, on parle, on se raconte sa vie, devant le Saint Sacrement, on vient habillé indécemment, on mange en faisant le tour de l'église. J'en ai même vu flirter, assis sur un banc, d'autres avec des radios, d'autres avec des animaux etc...

J'en aurai, je vous assure à dire, l'église n'est plus le temple de Dieu, c'est redevenu une caverne de brigands. Bien sûr tous ne se comportent pas comme cela, Dieu merci.

Mais ceux qui ne se comportent pas de cette manière ne font aucune remarque, et pourquoi le feraient-ils?

Les prêtres sont étrangement silencieux!

J'ai vu des oeuvres de peintre orner les églises, affreuses, mais beaucoup de statues représentant la Vierge Marie, ou les Saints? non! De grandes croix avec notre Seigneur , non ! Vides ! Est-ce Jésus sur le bois de la croix ou l'instrument choisi qui nous a sauvé? Vénérons la croix mais Adorons le Seigneur , qu'Il soit représenté donc sur la Sainte croix ...

Les Eglises sont devenues des temples protestants, le tabernacle contenant le corps du Christ, au centre de toutes les églises jadis ; dans un coin, ou dans une autre pièce, bref, j'en passe sûrement sur le non respect des institutions sacrées.

Mais je vous assure, rien que de me souvenir de ce que mes yeux ont vu, j'en souffre encore pour notre Seigneur.

Le 4 décembre 1993

" Ma créature se fourvoie avec le malin et ses sbires " " Revenez à mon évangile "

La créature s'égare, se trompe en suivant le malin et ses serviteurs. A l'extérieur, en suivant l'esprit du monde, et à l'intérieur, en suivant les prêtres- " Revenez à mon évangile "

" Ce peuple-là m'honore des lèvres, mais au fond du coeur, il est très loin de moi, vain est le culte qu' ils me rendent, les enseignements qu' ils donnent sont des préceptes humains " (St Mathieu -15-8/9)

N'est ce pas ce à quoi la messe d'aujourd'hui donne à ressembler ? Toujours dans le message du 4/12/93 :

" Aimez-Moi, comme Je vous ai aimé au lieu de sacrifier à des idées humaines ".

C'est pour cela que j'ai cité St Matthieu précédemment, car le Seigneur nous a aimé, et à souffert pour nous. Quand à t-Il connu la joie ? Pendant son sacrifice sur la croix ? à part celle de faire la volonté de son Père ?

La messe n'est pas un repas comme on l'entend aujourd'hui, chaque fidèle, pendant la messe, devrait se transporter au golgotha pour assister à sa propre rédemption obtenue par notre Seigneur sur la croix.

" Communiez à mon esprit " dit le Seigneur, " car le temps vient où Je vais vous punir, vous et votre mauvaise Foi ".

Ainsi la Foi qui est manifestée pendant la messe provoque la colère de Dieu, car toute imprégnée de sentimentalisme, d'humanisme, de non respect pour la Sainte hostie. Quand je pense au ton de sa voix, encore, je tremble pour tous ceux qui ont oublié le véritable Saint Sacrifice de la messe, par respect humain.

Désormais séduction et hypocrisie règnent dans les coeurs.

Est -ce-que nous aimons le Seigneur, comme Il nous a aimé ?

Pauvre Jésus! Ramené à une simple condition humaine, un copain. On le tutoie, sans égards envers son sacrifice, sans respect.

" Oui mes fidèles serviteurs, ne croyez plus en ce que Je vous demande de rejeter, à savoir cette fausse doctrine dictée par les miens, qui vous demandent de suivre d'autres lois. Seule ma loi est bonne, parce qu'issue de l'Eglise St Pierre "

" Les miens " sont les prêtres, les évêques, les cardinaux, qui ont changé et qui changent l'Eglise de St Pierre pour innover.

" Seule ma loi est bonne parce qu'issue de l'Eglise de Pierre "

 

Uniquement ce que l'Eglise a amélioré, " peaufiné ", avec l'aide du Saint Esprit, se basant sur la tradition des apôtres, trouve une justification au regard de Dieu, modernise les rapports avec le monde, les contacts avec les confessions non-chrétiennes, ou en essayant toujours par fidélité à l'évangile, de les ramener au sein de l'église catholique, Romaine, comme le dit Jésus.

Or au lieu de cela, l'église trahie une partie de sa mission.

Les modernistes ne se sont pas contentés de moderniser les institutions, mais aussi le dépôt de la foi, de ses règles, de ses rites, et les progressistes, dans leur mouvance, ont appuyé et appuient toujours pour faire sauter l'un après l'autre les verrous de la tradition.

 

Une progression est :

1) soit ascendante, dans le sens, qu'à partir de la tradition, on cherche toujours à améliorer, sanctifier les âmes, les rites.

 

2) soit descendante, si par rapport à ce qui est établi, on dépouille, on vide, on désacralise.

C'est le cas pour les modernistes et les progressistes, dans leurs oeuvres volontaires de tout humaniser. Ce n'est plus une progression pour sanctifier et diviniser les âmes, mais une régression pour paganiser et humaniser les âmes.

Les prêtres ( certains ) au plus haut niveau, par volontarisme, ou faiblesse, ainsi que les fidèles se rendent complices de cette "désacralisation, et ceci est grave.

Quand reviendront- ils à Moi ? " me disait le Seigneur.

Notre Seigneur dit encore " Romaine ", car la tendance est à niveler les valeurs, pour établir une religion, une église universelle, alors que faire cela est une contradiction. L'église catholique est une, un seul Seigneur, une seule Foi, un seul baptême.

Elle est Sainte, car fondée par notre Seigneur Jésus au nom du Père, du Fils qui s'est livré pour elle, et du Saint Esprit qui la vivifie.

Catholique, c'est à dire universelle (du grec), sa nature est missionnaire, elle s'adresse à tous les peuples. Apostolique, car elle a comme dépôt, les apôtres.

Et Romaine, car c'est de Rome qu'est partie, à travers St Pierre et St Paul, l'Eglise, le siège est donc à Rome.

Cette église du Christ n'est autre que l'église Romaine, une Sainte Catholique, Apostolique.

Jean Paul Il  dans son livre " Entrez dans l'espérance " écrit :

" C'est pourquoi, ceux qui refuseraient, soit d'entrer dans l'église catholique, soit d'y persévérer, alors qu'ils la sauraient fondée de Dieu, par Jésus-Christ comme nécessaire, ceux-là ne pourraient pas être sauvés " Les orthodoxes et les protestants savent que la seule et unique église fondée par Jésus Christ est l’église  catholique, avec la tradition, les rites, les sacrements, les dogmes définis par les conciles précédents jusqu’à l' origine. S ' ils ne viennent pas au sein de cette même église en acceptant comme chef le Pape, ils ne seront pas sauvés! ! ! "

Je reviendrai plus tard là dessus. Ce qui est aberrant, c'est qu'à partir de cette déclaration de Lumen Gentium, personne au Vatican ne leur dit de réintégrer le bercail, mais au contraire, vont dans leur sens.

Voilà pourquoi, encore une fois, mon Jésus insiste sur Romaine, car les siens l’oublient. ...et l'écartent constituant encore aujourd'hui la Pierre d'achoppement.

7 décembre 1993.

" Moi, ton Seigneur et ton Dieu, détiens le droit d'adoration et de sacrifice, non pas une adoration vaine, faite de faux dons et de grimaces ".

St Paul dans l'épître au Colossiens (2-20/23 et 3-1/4) dit :

" Si vous êtes morts avec le Christ aux éléments du monde, pourquoi vous laisser imposer des préceptes, comme si vous viviez dans le monde ? Autant de choses qui tombent avec l'usage, ces choses certes, peuvent passer pour de la sagesse, en tant que culte volontaire, humilité, ascétisme corporel, mais elles n'ont d' autre valeur que de servir à la satisfaction de la chair (les sens) " . "Ayez le sens des choses d’en haut, non de celles de la terre "

L'acte d'adoration (à quelques cas prés) n'est plus respecté, il le dira lui-même, le 6 juillet 1996, " vous adorez mal ".

Seul Le Seigneur doit être adoré et non l'homme, qui aujourd'hui se croit au dessus de Dieu. Nous devrions nous sacrifier pour Notre Seigneur, pour son honneur, alors que nous voulons rendre la dignité à l'homme.

S'ensuit que nous gesticulons, que les fidèles " s'auto- célèbrent ". Tous les dons que nous offrons doivent être offerts au Seigneur, non pas pour le règne de l'homme, mais pour le règne de Dieu, pour le rétablissement de son Saint-Sacrifice, de son enseignement.

Le chemin à suivre, est celui de la croix, et non des réjouissances spirituelles sentimentales.

" Qu’ai je besoin de larmes qui sont sèches ? "

" Et les larmes qui couleront pour avoir préférer l' Antéchrist seront plus amères "

Bartholomeao

années 92/93

écrit datant de février 1997